L’exigence d’une preuve de vaccination contre la COVID-19 pourrait bien être la prochaine pomme de discorde entre le Canada et les États-Unis.

Le débat s’enflamme aux États-Unis, un pays grandement orienté sur les libertés individuelles, concernant la question de savoir si les détaillants, les entreprises et les employeurs peuvent et devraient exiger des clients, des travailleurs et des visiteurs qu’ils prouvent qu’ils ont été vaccinés contre la COVID-19. Le débat a également lieu au Canada, un pays qui, selon certains observateurs, est plus sensible au bien collectif que son voisin. « Certaines de ces discussions pourraient être très difficiles », affirme Jack Jedwab, président de l’Association d’études canadiennes et de l’Institut canadien pour les identités et les migrations. « Je ne pense pas que les Canadiens vont regarder avec bienveillance l’idée que, vous savez, vous pourriez avoir un nombre important de personnes qui traversent la frontière qui ne sont pas vaccinées. »

Cet aspect pourrait expliquer en partie l’apparente divergence d’opinions qui est apparue mardi entre Ottawa et la Maison-Blanche sur la question de l’exigence d’une documentation sur les vaccins. La porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, a écarté cette idée sans équivoque, mardi. « Le gouvernement ne soutient pas actuellement un système qui obligerait les Américains à posséder une telle preuve, et nous ne le ferons pas », a déclaré Mme Psaki. La priorité de la Maison-Blanche sera de protéger « la vie privée et les droits » des résidents américains « afin que ces systèmes ne soient pas utilisés injustement contre des personnes », a-t-elle déclaré. « Il n’y aura pas de base de données fédérale sur les vaccinations et aucun mandat fédéral exigeant que chacun obtienne un certificat de vaccination. »

Pour sa part, le premier ministre Justin Trudeau _ tout en disant comme à son habitude qu’il est encore tôt pour tirer des conclusions _ a semblé réceptif à l’idée de documents de voyage liés aux vaccins. Concernant la meilleure façon de rouvrir la frontière canado-américaine, M. Trudeau a affirmé que son gouvernement continuerait de travailler avec ses partenaires aux États-Unis et à l’étranger « pour veiller à ce que cela se fasse correctement ». « Nous avons déjà vu l’importance de la preuve de vaccination pour les voyages internationaux (…) avant même la pandémie, ces dernières années », a dit M. Trudeau. « Ce sera sûrement important, mais les détails de ce que nous allons faire à ce sujet, nous en sommes toujours aux réglages. »

Des divisions dans les deux pays

Un nouveau sondage en ligne, mené par Léger, suggère l’existence d’un fossé entre ce que pensent les Canadiens et les Américains d’un « passeport vaccinal » ou d’un certificat de vaccination. Il révèle que 52 % des répondants canadiens étaient favorables à la présentation d’une preuve de vaccination à la frontière, comparativement à 43 % des Américains. Par contre, 36 % des répondants américains et 33 % des répondants canadiens y étaient opposés. Aux États-Unis, 21% des répondants ont déclaré être indécis, comparativement à 15% au Canada. Le sondage a été réalisé en ligne le mois dernier pour l’Association d’études canadiennes et l’Institut canadien de recherche en santé de l’Université du Manitoba. Les experts en recherche et en méthodologie estiment qu’il est impossible d’attribuer une marge d’erreur à un sondage réalisé en ligne, puisque la méthode d’échantillonnage est non probabiliste.

Les libertés individuelles

De nos jours, de nombreux Américains sont prédisposés à s’opposer à tout ce qu’ils considèrent comme une menace à la liberté, souligne Matthew Mitchell, professeur de commerce international et de stratégie à l’Université Drake de Des Moines, dans l’Iowa. « Je pense qu’avec la montée de la philosophie « ne me marche pas dessus », en particulier au cours des 10 dernières années, toute violation des libertés individuelles est considérée avec suspicion, et avec antagonisme », estime M. Mitchell. La fameuse polarisation politique du pays n’a pas aidé. Le gouverneur du Texas, Greg Abbott, un républicain qui a levé le mois dernier toutes les restrictions liées à la COVID-19 dans son État, a signé mardi un décret interdisant l’utilisation de « passeports vaccinaux » qui seraient délivrés par le gouvernement. « Ne marchez pas sur nos libertés individuelles », a-t-il écrit sur Twitter. Ce décret fait suite à une décision similaire prise la semaine dernière par un autre républicain de premier plan, opposant du confinement et allié de Donald Trump, le gouverneur de Floride Ron DeSantis. « Les passeports de vaccins réduisent les libertés individuelles et nuiront à la vie privée des patients », soutient le décret signé par M. DeSantis.

Quatre mois avant la seconde dose

Ce qui était au départ une approche pour tous des vaccins en Floride _ tempérée par la suite pour exiger au moins une preuve de résidence temporaire _ attire des visiteurs plus âgés du Canada depuis des mois. L’intérêt a de nouveau augmenté alors que les Canadiens doivent attendre jusqu’à quatre mois entre la première et la seconde dose du vaccin, un délai qui, selon le spécialiste de l’assurance voyage Martin Firestone, n’est tout simplement pas acceptable pour bon nombre de ses clients. « Soudainement, il y a une nouvelle vague d’appels de personnes disant: « C’est insensé » », affirme M. Firestone _ dans de nombreux cas, de la part de clients qui ont déjà eu leur première injection. Une fois vaccinés, ils apprennent que cela ne leur donne aucune latitude de plus au Canada, que ce soit de la part des compagnies d’assurance ou concernant les exigences fédérales de quarantaine pour les voyageurs.

« À ce stade, le gouvernement et les compagnies d’assurance ne reconnaissent pas du tout que vous avez reçu un vaccin et ne se soucient pas d’en voir la preuve », souligne M. Firestone. « Le Canada est tout simplement en train de fermer les yeux… et vous n’obtenez aucun crédit, si c’est le bon mot, pour avoir reçu les deux doses. » Les voyageurs immunisés avec deux doses n’ont pas besoin d’être testés avant de quitter les États-Unis, sauf si un test est requis à destination, et la quarantaine à leur retour chez eux n’est pas non plus nécessaire, selon les Centres pour le contrôle des maladies aux États-Unis. Les citoyens américains, y compris ceux qui sont immunisés, ont besoin d’un résultat négatif au test de la COVID-19 pas plus de trois jours avant d’embarquer sur un vol de retour. « Que se passera-t-il dans le futur? », demande M. Firestone. « C’est une excellente question _ ce sera le précurseur du passeport vaccinal que d’exiger de voir la preuve que vous avez reçu le vaccin. »

Crédit photo: Archives.