Angoisse évitable

Retenir les chèques des assistés sociaux est une pratique qui fait mal. Quelle angoisse éprouvée par les personnes recevant de l’aide sociale qui se rendent compte que leurs chèques sont retenus par le gouvernement sans préavis!
En juin, un assisté social, en plus de sa misère, fut pris d’angoisse. En tentant en vain de payer son loyer, ce monsieur fut bouleversé: son chèque d’assistance sociale n’avait pas été déposé. C’est que l’édifice où il vit avait seulement changé de propriétaire, gardant évidemment la même adresse. Cependant, on avait faussement présumé qu’il n’avait pas rapporté un changement d’adresse. C’est ce qu’il a découvert de sa gestionnaire de cas en se rendant au bureau. On lui redonna son chèque le jour même, mais il demeura fortement ébranlé pendant plusieurs jours. Un simple téléphone ou une lettre recommandée aurait peut-être pu lui éviter cette surdose de stress.
Une maman monoparentale ayant deux jeunes enfants fut aussi angoissée lorsque son chèque de juillet n’arriva pas comme d’habitude. Son propriétaire d’immeuble menaçait de l’expulser. Elle téléphona pour savoir pourquoi son chèque n’arrivait pas, mais on ne l’en informa pas.
Par la suite, j’appris qu’elle avait demandé à un investigateur du ministère qui s’était présenté chez elle de revenir le lendemain parce qu’elle était en train de nourrir son bébé. Il semble que l’investigateur soit retourné, mais la maman dit ne pas l’avoir vu.
Sans appel téléphonique ni envoi d’une lettre recommandée, le ministère a retenu le chèque d’une mère monoparentale, créant chez elle une crise pendant six jours, après quoi on le lui remit.
Une autre source de stress se produit pour certains assistés sociaux qui acceptent un petit boulot pour améliorer leur revenu. Le ministère peut retenir leurs chèques si l’employeur
ne fournit pas leurs talons de chèque de paie ou l’avis de fin d’emploi.
Sans son chèque régulier, l’assisté social risque d’être dans la rue. Mettons-nous à sa place!

SOEUR AURÉA CORMIER, n.d.s.c.
Conseillère provinciale
du Front commun
pour la justice sociale
Moncton