Une artiste et son oeuvre victime d’une manigance

Je trouve déplorable le mauvais traitement que la municipa­lité de Caraquet et l’Hôpital de l’Enfant-Jésus ont réservé à l’artiste Suzanne Cormier-Dupuis et à son oeuvre Stellaire. Il est difficile de comprendre que la municipalité qui se réclame du titre de Capitale culturelle du Canada ait orchestré une telle manigance de concert avec l’Hôpital.
Les créations artistiques n’ont-elles pas cette fonction première de susciter des émotions, positives ou négatives, d’ébranler, voire de choquer? Au moment de sa construction à Paris, la tour Eiffel reçut de violentes protestations. Qu’en est-il aujourd’hui? Elle est devenue l’emblème de la Ville Lumière!  
Fort heureusement, l’Hôpital et son avocat se sont excusés auprès de Mme Cormier-Dupuis et il semble que je ne puisse rien changer à cette situation. Il reste encore aux dirigeants de la Ville de Caraquet d’apporter également leurs excuses auprès de l’artiste. Toutefois, j’espère que cette aventure permettra d’éclairer la méconnaissance de la population et incitera les artistes à se doter de contrat qui les protège de telle situation.  Les mauvais traitements réservés aux artistes sont souvent ignorés du grand public et leur travail mérite d’être reconnu au même titre qu’un autre professionnel.

GEORGETTE BOURGEOIS
Représentante du secteur arts visuels au sein de l’AAAPNB
Membre du conseil
d’administration de CARCC
Moncton