La diversification des sources d’information

Je perçois d’un bon œil le lancement de l’Étoile, un nouvel hebdomadaire provincial francophone. La diversification des sources d’information et des publications francophones est une bonne nouvelle. Toutefois, cette nouvelle doit, avec respect, être accueillie avec prudence et diligence. Le lancement d’un hebdomadaire par Brunswick News serait-il une pierre de touche dans la création d’un nouveau quotidien francophone? Sans crier au complot, il nous est à tout le moins permis de spéculer.
Publier un hebdomadaire provincial constitue un moyen efficace de s’approprier le marché francophone. Après avoir développé habitudes et fidélité chez les lecteurs francophones, la transition vers une publication quotidienne serait moins risquée. De plus, la distribution large et gratuite, qui a lieu les jeudis, place l’Étoile en compétition directe avec les éditions de fin de semaine de L’Acadie NOUVELLE. En bref, si Brunswick News a un jour l’intention de créer un quotidien francophone, l’Étoile l’aura aidé à fidéliser sa clientèle et affaiblir sa compétition.
Si l’histoire nous apprend quelque chose, c’est que le marché francophone néo-brunswickois ne peut soutenir deux journaux quotidiens. Or, la profondeur financière et organisationnelle de Brunswick News ainsi que celle du Groupe Irving (dont le propriétaire de Brunswick News, J.K. Irving, est aussi copropriétaire) risque de faire foi du résultat final. Dans cette éventualité, tous les journaux quotidiens du Nouveau-Brunswick seraient possédés et contrôlés par la même entreprise.
Sans mentionner la liberté de presse et de concurrence, un tel monopole aurait pour effet de détériorer l’indépendance de la voix francophone au Nouveau-Brunswick. Un monopole risque de rapprocher les politiques rédactionnelles et éditoriales des journaux, tant anglophones que francophones, du Nouveau-Brunswick.  Un quotidien indé­pendant est essentiel à l’épanouissement politique, social, culturel et intellectuel de la minorité acadienne. Il est le véhicule d’idées, d’opinions et de projets par lesquels toute une communauté développe identité et solidarité.    
Mais après tout, ceci n’est que spéculation. L’Étoile est un hebdomadaire, rien de plus. Le rôle essentiel que joue actuellement L’Acadie NOUVELLE n’est pas à risque. Tout de même, il serait intéressant d’entendre ce qu’ont à dire les chroniqueurs de l’Étoile face à cette possibilité et vis-à-vis l’importance d’un quotidien francophone indépendant. Il serait aussi sensible pour les associations francophones et acadiennes d’adopter une déclaration officielle marquant l’importance d’un quotidien francophone indépendant, en commençant par la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick et la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brun­swick.

MARTIN LEBLANC RIOUX
Étudiant en droit à l’Université McGill
Dieppe