Protégez les régimes de retraite!

Jean-Jacques Piché
Gatineau, Québec

J’ai travaillé pendant 38 ans comme machiniste pour la papetière Papiers Fraser, à Thurso, au Québec, qui après avoir changé de main à quelques reprises, a été détenue par le fonds financier Brookfield Asset Management. Pendant toutes ces années, tout comme mes collègues de travail, j’ai versé une partie de mon salaire dans notre régime de retraite en vertu du contrat négocié avec notre employeur. Selon les règles que nous nous étions données, j’ai toujours pensé qu’il s’agissait là d’un investissement assuré.

En 2003, après 38 ans de loyaux services, j’ai décidé de prendre ma retraite. Les prestations auxquelles j’avais alors droit étaient déterminées et fixées à l’avance. J’ai donc planifié ma retraite en me basant sur ces données afin de tenir compte de mes dépenses, de l’inflation, de mes projets, etc. Jusqu’en 2010, tout s’est bien déroulé alors que ma pension m’était versée selon les montants prévus.

Tout a basculé en avril 2010, alors que mes revenus ont été coupés de 40 %! En retour de 38 ans de ma vie consacrée à travailler à l’enrichissement de Papiers Fraser et des compagnies qui en ont été propriétaires, je n’ai pu recevoir ce qui m’était dû que pendant sept ans!

Et le pire, c’est que tout s’est fait légalement alors que les compagnies qui sont sous la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) peuvent réussir à liquider ainsi les régimes de retraite. Ce qui n’est absolument pas normal et encore moins acceptable. C’est pourquoi je demande au gouvernement fédéral de ne pas laisser faire cette situation, il doit agir et protéger les régimes de retraite privés. Il faut notamment que le gouvernement modifie sa loi afin que les dettes dues aux travailleurs et au régime de retraite soient les premières remboursées.

Agissez, M. Harper!