Le multiculturalisme est un rêve

Par Bernard Cormier
Notre-Dame-de-Kent

Lundi, le ministre fédéral de l’Immigration Jason Kenny, annonçait que dorénavant les nouveaux Canadiens devront montrer leur visage lorsqu’ils prêtent le serment de citoyenneté.
Le député de Mississauga Est, Wladyslaw Lizon, s’était plaint au ministre après avoir assisté à une cérémonie de citoyenneté où quatre personnes avaient prêté le serment avec la figure complètement cachée.
Évidemment, le nouveau règlement ne fait pas l’affaire de tous. Certaines personnes y voient de l’intolérance, de l’idéologie de droite, etc.
Pourtant, le président français, Nicolas Sarkozy, le premier ministre anglais, David Cameron, ainsi que la chancelière allemande Angela Merkel affirment ouvertement que le multiculturalisme est une pure faillite dans leurs pays respectifs.
Si ces pays ont échoué dans cette entreprise qu’ils avaient entamée bien avant nous, qu’est-ce qui peut bien faire croire aux Canadiens que ça va fonctionner ici? Il est peut-être temps de se rendre à l’évidence. Le multicultu­ralisme est un rêve, un beau rêve, certes, mais pas du tout réaliste.
Que ce soit au sujet des femmes voilées, du port du kirpan à la ceinture ou bien des membres de la GRC avec des turbans sur la tête, n’est-il pas temps de mettre les points sur les «i» une bonne fois pour toutes?
N’est-il pas logique que l’on veuille préserver les coutumes et les traditions qui ont servi à bâtir ce pays qu’est le Canada et qui fait l’envie de bien des gens à travers le monde? N’est-il pas tout aussi logique d’exiger que les nouveaux arrivants se plient à ces coutumes et ces traditions et qu’ils mettent les leurs de côté tout au moins sur la place publique?
Libre à eux de pratiquer leur religion et leurs coutumes dans l’intimité de leur foyer, mais de grâce, cessons de faire des courbettes par en arrière dans le but de se montrer tolérants et accommodants.