Une grande humilité

Jean-Eudes Chiasson
Rogersville

Dans la foulée de la catastrophe que fut le feu de l’édifice municipal de Rogersville, des hommes d’idée, de réflexion, et guidés par un profond sentiment d’humanisme sont encore une fois venus à la rescousse d’êtres dans le besoin.

Les Pères Trappistes sont venus en aide à des gens dans le besoin, et ce, en prêtant leur garage sur la route 126 pour une station temporaire pour les pompiers. Ils l’ont fait inspirés avec la même idéologie qui les guide dans leur vie quotidienne. Cette philosophie au service et à la quête de la compréhension de la vie (Dieu) et du partage avec les moins nantis fait partie intégrante de leur méthodologie de vie et de pensée.

Même si certaines personnes ne l’avaient pas vu du même oeil, ce sont les mêmes personnes guidées par le même sentiment de partage et d’humaniste qui avaient offert leur aide à Raymond Lahey, un homme dans le besoin, quelques années passées, et bien des fois depuis.

Les situations sont similaires ainsi que le geste d’humanisme, ce sont simplement les individus qui reçoivent les services qui sont différents.

Les Trappistes nous servent encore une fois une leçon de grande humilité, de partage, car nul ne sait quand il aura besoin de son prochain.

Devant ce geste, et ceux posés au quotidien par ces hommes prieurs travailleurs, je ne peux faire autre que d’être pris d’un profond sentiment d’humilité.

Si je me considère très privilégié d’avoir la chance de partager et d’échanger avec plusieurs des Trappistes par le billet de l’agriculture, l’ensemble des gens de Rogersville l’est aussi, ainsi que tous ceux qui ont la chance de vivre à proximité de la grande richesse que sont les Trappistes et leur philosophie d’humanisme.