Un refuge pour les animaux

Par Nadine Ferron, bénévole et membre du conseil d’administration de la SPCA de la Péninsule
acadienne Pokemouche

On entend souvent dire qu’on a seulement un refuge pour les chats, mais c’est faux; certains chiens sont au refuge pendant les heures d’ouverture au public.
Cela dit, les gens qui ne sont pas venus au refuge dernièrement pensent que l’on n’a pas de chiens. Ce qui n’est pas le cas. Les chiens sont en familles d’accueil et ces dernières se déplacent au refuge et accueillent les gens souhaitant adopter. Il faut ajouter, soit dit en passant, que les chiens sont mieux en familles d’accueil en attendant l’adoption que seuls au refuge. Le fait que les chiens vivent en familles d’accueil ne veut donc pas dire qu’ils ne peuvent pas être adoptés.
Moi, je dis merci aux familles d’accueil. Elles permettent à ces animaux d’avoir un chez-soi en attendant d’être adoptés! De toute façon, pourquoi avoir plusieurs chiens au refuge et devoir régulièrement en envoyer au refuge de Miramichi à cause du manque de demandes d’adoption. Pour le plaisir du public?
Plusieurs personnes ne mesurent pas tout le travail que cela demande de garder plusieurs chiens au refuge. Il faut beaucoup de bénévoles et il s’écoule toujours plusieurs mois avant l’adoption. De plus, plusieurs de nos chiens sont adoptés en dehors de la Péninsule.
On fait tout pour avoir des chiens au refuge, dans la mesure où les gens les adoptent. Si les gens désirent vraiment adopter, ils peuvent remplir un formulaire d’adoption. Cela pourrait aider à planifier nos entrées au refuge pour le futur. Il est facile de critiquer quand on ne connaît pas vraiment quelque chose, qu’on ne sait pas de quoi on parle et qu’on ne connaît pas la situation. C’est dommage, mais les gens font des commentaires sans essayer de comprendre et, de plus, ils ne s’investissent pas… Une merveilleuse équipe forme le conseil d’administration, et les bénévoles sont excellents; ce sont des gens de cœur. Nous accueillons tous les commentaires et tentons d’expliquer de notre mieux la «vraie» réalité du refuge, souvent très difficile à vivre. Avant de porter un jugement, informez-vous!