Réflexions sur l’aéroport de Saint-Léonard

Par Gérald Allain
Edmundston

En lisant l’Acadie Nouvelle du vendredi 20 janvier, j’ai pris connaissance de l’article «Grand-Sault propose d’acheter l’aéroport de Saint-Léonard» et je me suis posé plusieurs questions.

Tout d’abord, comment se fait-il que la Ville d’Edmundston se soit portée acquéreur de l’aéroport de Saint-Léonard? Afin de se doter d’un transporteur, il fallait avoir un aéroport qui répondait aux normes de Transports Canada. Ce qui n’était pas le cas à Saint-Jacques. Il fallait à ce moment dépenser quelque chose comme 3 millions $ pour l’améliorer – asphaltage de la piste, terminal, etc.

Alors voilà que l’aéroport de Saint-Léonard, qui a été construit selon les normes de Transports Canada, et qui est en très bonne condition, devient disponible pour 1 $.

La décision devenait facile. La Ville dépensait dans le temps quelque chose comme 150 000 $ pour le fonctionnement de l’aéroport de Saint-Jacques. Il s’agissait de mettre le même montant pour l’aéroport de Saint-Léonard, qui était en très bonne condition et où on n’avait pas besoin d’investir pour l’améliorer.

Il faut dire aussi qu’en acquérant l’aéroport, on acquérait aussi tout l’équipement lourd dont on avait besoin pour l’entretien et le déneigement. Nous avons aussi rencontré les municipalités et les DSL afin de participer au projet. Comme ils ne voyaient pas le besoin d’y participer financièrement, Edmundston a décidé de l’opérer puisqu’on n’y investissait pas plus qu’à l’aéroport de Saint-Jacques.

Il va sans dire que la pertinence de l’aéroport est très importante pour la région.

Alors, pourquoi la municipalité d’Edmundston se départirait-elle d’une telle infrastructure quand elle nous appartient et qu’elle l’a obtenue pour 1 $?

Je crois que si on le vend, la Ville va se retourner vers l’aéroport de Saint-Jacques et y investir plusieurs millions de dollars de nos taxes. À mon avis, c’est la raison et non les sentiments qui devraient influencer les décisions.