Mettre fin à une culture d’intimidation

Malcolm Gilbert
Burton

Il est triste de voir la grève persister pour les employés à l’Aéroport international de Fredericton. Ce qui est encore plus accablant, c’est qu’ils se battent pour mettre fin à une culture d’intimidation et de harcèlement. Est-ce que c’est une demande si irréaliste?

Depuis le début de la grève, nous avons vu une petite ligne de piquetage. Une petite ligne étant donné que la majorité des employés est désignée comme service essentiel. Toutefois, cela n’affecte pas les activités des grévistes, ils ont obtenu l’appui d’autres syndicats, qui à leur tour on adopté un boycottage envers l’aéroport de Fredericton. Ils offrent aussi de l’appui sur la ligne de piquetage.

Alors, le syndicat collabore. Il sensibilise la population sur la cause et démontre de l’intérêt à revenir à la table de négociation. Nous devons maintenant nous demander ce que font les dirigeants de l’aéroport. Pourquoi laisser cette grève persister et ainsi affecter la vie des travailleurs et le développement économique de l’aéroport de Fredericton?

Est-ce si déraisonnable de demander aux dirigeants de l’aéroport de Fredericton de retourner à la table de négociation? Est-ce si débile d’exiger qu’ils se prononcent contre une culture d’intimidation? Un contrat juste et équitable est toujours possible, il faut tout simplement la volonté de deux parties. Ç’a été fait à Moncton et à Saint-Jean, pourquoi pas à Fredericton?

Bon courage aux grévistes, vous menez une lutte qui en vaut le coup!