Anciens combattants: une injustice prodigieuse

Par Patricia (Pat) Varga
Présidente nationale
Légion royale canadienne
Ottawa

Comment deux ministères du gouvernement fédéral peuvent-ils être tellement en contradiction absolue? Je pose la question parce qu’il se trouve deux programmes de soutien économique pour nos anciens combattants impliqués ici.
L’un est le Régime d’assurance-revenu militaire – Invalidité de Longue Durée, un programme d’assurance obligatoire pour les membres des Forces canadiennes, et l’autre est celui des Avantages financiers d’Anciens Combattants Canada.
Avant octobre 2011, la Nouvelle Charte des Anciens combattants et le Régime d’assurance-revenu militaire garantissaient un revenu de 75 % du salaire brut d’un membre des Forces canadiennes à la libération – les deux programmes étaient exactement identiques; les membres blessés appartenaient à l’un ou l’autre.
L’an dernier, en réponse aux appels provenant de groupes d’anciens combattants, notamment la Légion royale canadienne, le gouvernement fédéral annonçait qu’il accroîtrait la prestation afin de s’assurer que les besoins fondamentaux, tels que l’hébergement, la nourriture, les vêtements, etc., seraient satisfaits. Anciens Combattants Canada augmenta le montant dans le Programme des Avantages financiers le 3 octobre 2011; le ministère de la Défense nationale ne l’a pas fait. Par conséquent, il existe maintenant une injustice prodigieuse! Sans que ce soit de leur faute, nous avons à présent certains anciens combattants dont les blessures sont imputables à leur service militaire qui sont rémunérés au montant de 40 000 $ par année, alors que d’autres le sont à moins de 20 000 $ par année.
Il s’agit d’une situation inacceptable qui doit être réglée immédiatement. Nous avons accordé au ministère de la Défense nationale et les Forces canadiennes suffisamment de temps pour fixer cette injustice; cependant, il n’y a eu aucun engagement de leur part à ce jour. À présent, avec le Programme de réduction du déficit du gouvernement fédéral, une certitude, la Légion royale canadienne recherche un engagement et une date ferme.
Voici un exemple substantif de la façon dont le programme de réduction du déficit est mené sur le dos de nos anciens combattants. Il est incontestable que nos anciens combattants méritent un meilleur traitement que celui-ci. Ceux qui ont été blessés durant l’exécution de leurs tâches dans les Forces canadiennes méritent le même revenu, peu importe à quel programme ils appartiennent; c’est seulement équitable.
Il est inconcevable que des institutions telles que les Forces candiennes et le gouvernement fédéral puissent se présenter et déclarer «nous nous soucions de nos troupes», lorsqu’ils traitent nos anciens combattants les plus vulnérables de façon si mesquine.
Nos jeunes hommes et femmes s’enrôlent dans les Forces canadiennes pour faire une carrière enrichissante. D’avoir cette carrière interrompue à cause d’une blessure débilitante est suffisamment difficile; cependant, la perte d’un revenu convenable s’ils ne peuvent plus travailler est un double fardeau qu’ils ne devraient pas avoir à porter.