Merci

Par Isabelle Bujold
Dieppe
au nom d’André Bujold, cofondateur de la Fondation les Ailes du papillon

Mon père, André Bujold, a toujours été un lecteur assidu du journal l’Acadie Nouvelle. Il entamait chacune de ses journées assis à table, avec son café et son journal. En décembre 2010, il apprenait qu’il était atteint d’un cancer et c’est le 29 février 2012 que sa lutte s’est terminée. La dernière année, il l’a utilisée pour préparer son départ dans tous les moindres détails. Il y a quelques mois, il me demandait de faire quelque chose de bien précis après son départ, soit d’écrire une lettre, en son nom, qui serait publiée dans la section «Mon opinion» de son journal favori. Mon père tenait à remercier tout le personnel du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont, qui s’est occupé de lui pendant sa maladie. Trop souvent, il entendait des gens se plaindre des piètres services qu’ils avaient reçus ou encore des longues heures passées à l’urgence et cela l’irritait beaucoup. Oui, il est vrai qu’on peut parfois attendre bien longtemps lorsqu’on se rend à l’urgence pour un rhume ou une grippe, mais y a-t-il vraiment urgence à ce moment-là? Chaque fois que mon père a dû se rendre à l’hôpital, on s’est occupé de lui administrer les soins nécessaires rapidement et il tenait à le souligner. En son nom, je dis donc merci à tout le personnel du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont, tout spécialement au personnel du Centre d’oncologie et aux docteurs Julie Whalen, Robert Deslauriers, Lan Vinh Do, Pierre Whitlock, Pierre Verger et Fernando Rojas. Mon père a lutté très fort même s’il savait que son cancer était incurable. Jamais il n’a baissé les bras devant la vie et toujours il a été reconnaissant envers ceux et celles qui se sont occupés de lui.