L’importance de respecter les citoyens

Par Daniel Beaudry
Moncton

J’ai lu avec intérêt le texte de Gilles Thibault dans l’Acadie Nouvelle du 12 mars. M. Thibault se fait l’avocat de la démocratie participative.
Ce que je comprends de la démocratie participative, c’est que les questions d’intérêt commun d’une communauté sont discutées et votées par les membres de la communauté au lieu d’être laissées complètement dans les mains des élus pendant quatre ans, jusqu’à la prochaine élection.
Faire le choix de la démocratie participative comme un complément à la démocratie représentative, c’est faire le pari de la compétence et de la responsabilité des citoyens. Ce n’est pas une solution de facilité. C’est une culture à développer et les changements ne se font jamais tout seuls. Une société où les gens s’impliquent, réfléchissent, s’appartiennent et innovent est une meilleure société, une société où on veut vivre.
Cette transition demande du leadership, de la réflexion et cela inclut l’appui des mêmes consultants. Le processus impose la transparence et rend la corruption plus difficile, parce que les décisions sont prises au grand jour.
Je souhaite que notre gouvernement ait assez de vision pour comprendre qu’une société où les gens sont engagés est une meilleure société, plus saine et plus productive. Gérer tout à partir de la capitale par l’intermédiaire d’exécutants locaux ne respecte pas les citoyens. Nous voulons une société qui s’appartient, une société saine et créative. En ce XXIe siècle, c’est encore plus important qu’autrefois.