Réinventons la cathédrale

Par Mathieu Wade
Montréal

À l’occasion de la parution du livre de Robert Pichette sur la cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption, la restauration d’un important monument patrimonial acadien est mise à l’ordre du jour et il nous est permis de rêver collectivement à sa seconde vie.
Une première idée a été lancée par Marie-Linda Lord, qui suggère sa transformation en musée de la résilience acadienne. Je désire exprimer mes réserves quant à une telle idée.
Le meilleur moyen de manifester notre résilience, il me semble, n’est pas en l’immortalisant dans un musée, mais en transformant la vocation de la cathédrale au service de notre résilience collective actuelle et à venir. Au service de notre capacité d’agir collectivement.
Pour ma part, je rêve de la transformer en centre d’urbanisme affilié à l’Université de Moncton. La cathédrale symbolise un moment de notre histoire où notre élite nous exhortait à renoncer aux choses de ce bas monde pour nous consacrer à la langue et à la foi. Aujourd’hui, si nous espérons que notre ancrage dans cette ville, où nous sommes de plus en plus nombreux à nous y installer, soit viable, il importe que nous réfléchissions collectivement à l’espace que nous souhaitons construire. Voilà qui ferait œuvre de résilience.
Un lieu au cœur du centre-ville qui nourrirait la réflexion sur le développement de Moncton, mais aussi des autres espaces acadiens, sur l’architecture, la planification urbaine, le développement rural. Transformer le monument acadien qu’est la cathédrale en lieu de réflexion et de transformation de notre territoire. Là on pourrait parler de résilience.
Ce n’est qu’une idée et j’invite tous les Acadiens à partager les leurs, mais surtout, à encourager la sauvegarde d’un monument architectural que nous avons le devoir de protéger. Vous êtes également chaleureusement invités à joindre le groupe Facebook: «Sauvons la cathédrale de Moncton».