Vétérans «trompés»: la faute de la Légion

Valmond Muise
Néguac

Je voudrais donner mon opinion sur les commentaires de Patricia (Pat) Varga d’Ottawa, sous le titre «Des vétérans trompés par des individus sans scrupules».

Oui, je connais un individu qui demande un pourcentage d’une indemnité d’invalidité lorsque celle-ci est accordée; je suis l’un de ceux qui ont payé pour ses services, et je ne le regrette pas un instant. Ce n’est pas une personne sans scrupules, mais plutôt un homme honnête et intègre.

Il faut éclaircir un peu les faits sur cet individu de Tabusintac qui est bien connu dans la Péninsule acadienne, au Nouveau-Brunswick et au Canada.

Premièrement, si la Légion faisait un si beau travail, comme le dit Mme Varga, tous les vétérans et anciens membres de la Gendarmerie royale du Canada (Gendarmerie/GRC) opteraient pour les services gratuits offerts par la Légion. La majorité des anciens militaires et anciens membres de la Gendarmerie va voir cet individu pour ses services, en sachant bel et bien qu’il demande un petit pourcentage pour ses services, car il vaut mieux payer avec des résultats positifs qu’avoir des services gratuits avec des résultats négatifs.

Deuxièmement, je sais qu’un grand nombre d’anciens militaires de la région vont voir cet individu. Le mot se passe. Avant de signer un contrat, l’ancien combattant est avisé des services offerts sans frais par la Légion et le ministère des Anciens Combattants.

Troisièmement, n’oublions pas que cet individu engage des dépenses: son bureau, sa secrétaire et des taxes à payer. En plus de toutes les dépenses payées de sa poche lorsqu’il accompagne ses clients qui font appel (essence, usure d’auto, chambre d’hôtel).

Finalement, je tire mon chapeau à cet individu pour son beau travail et les services qu’il donne aux anciens militaires et à leurs veuves, sans oublier surtout les anciens membres de la Gendarmerie royale du Canada.