Jumeler les Canadiens et les emplois disponibles

Diane Finley
Ottawa

J’ai annoncé des améliorations au régime d’assurance-emploi pour qu’il demeure flexible et équitable et qu’il appuie les Canadiens et Canadiennes dans leur recherche d’emploi.

Ces changements sont raisonnables et sensés et visent à aider les Canadiens et Canadiennes à retourner plus rapidement au travail.
Compte tenu de l’alarmisme de l’opposition, permettez-moi toutefois de m’exprimer en toute franchise. Ces changements ne visent pas à obliger les gens à déménager. Ils ne visent pas non plus à attaquer certaines industries ou régions du pays.

Nous n’obligerons pas les Canadiens d’accepter des emplois qui ne leur conviennent pas ou qui sont déraisonnables selon leur situation personnelle. 

Toutefois, nous aiderons les Canadiens à être plus conscients des possibilités d’emplois qui peuvent exister dans leur région respective, et nous intensifierons le soutien que nous leur offrons pour les aider à retourner plus rapidement au travail. L’assurance-emploi est une aide au revenu temporaire.

Venant moi-même d’une région rurale, je sais très bien que de nombreuses économies locales du Canada sont fondées sur des industries saisonnières. Bon nombre de ces employeurs m’ont parlé des importantes pénuries de main-d’œuvre qu’ils vivent, et du fait qu’ils doivent se tourner vers l’étranger pour trouver des travailleurs.

Les employeurs continueront d’avoir accès à des travailleurs étrangers temporaires. Toutefois, ils ont toujours dû s’assurer que les Canadiens sont embauchés en priorité. Nos changements viendront renforcer la capacité des employés à embaucher des travailleurs locaux en veillant à ce que les Canadiens qui sont disponibles et qualifiés aient la priorité pour ces emplois. C’est tout logique.  

J’aimerais clarifier un dernier point. Dans le cas des personnes qui sont incapables de trouver un emploi – soit parce que les possibilités n’existent pas, soit parce qu’elles ne sont pas des candidates qui répondent aux besoins de l’emploi –, l’assurance-emploi continuera de leur être offerte, tel qu’elle l’a toujours été.