Une Église en évolution

Josef Clarence Aubé
Beresford

Il me plaît de lire les écrits d’Edna Thériault, même si parfois mon opinion diffère de la sienne.
Il est vrai et bien d’affirmer que tous les prêtres ne sont pas tous des pédophiles. Il semblerait que nous, les humains, avons tendance à généraliser.

Il y a en général autant de pères et mères de famille «abuseurs» d’enfants qu’il peut y avoir d’autres classes de gens de notre société qui font de même. Cela sans tout de même chercher à les excuser pour les atrocités commises.

Pour ce qui en est d’affaiblir ma foi à cause des actes commis par d’autres individus, je ne vois pas cela du même oeil. Ma foi m’est personnelle et je la sens ancrée en moi selon mes convictions.
De même, je ne puis croire que le manque de prêtres a une influence sur la foi d’autrui. Il y a de par le monde multitude de gens qui, de par leur exemple, leurs actes, leur tendresse témoignent de leur foi tout autant que le font les prêtres (sans vouloir enlever quoi que ce soit aux prêtres).

Un père et une mère de famille dédiés à leur famille, donnant le bon exemple, la droiture, l’intégrité, l’honnêteté, l’amour, le partage, la joie, n’en font-ils pas autant?

La tendance à la diminution vers le sacerdoce n’a rien d’effrayant. C’est simplement l’Église en évolution. L’Église sous une autre forme.
N’a-t-on pas lu dans les écrits: «Le jour viendra que ce ne sera ni dans la montagne ni à Jérusalem que sera adoré Dieu, mais en esprit et en vérité.»

Tant et aussi longtemps qu’il y aura une distinction entre ce qui devrait être et ce qui est, les conflits surviendront systématiquement et toute source de conflit est un gaspillage d’énergie.

Tout cet écrit n’est que mon opinion personnelle.