Souvenons-nous de Maher Arar

Sylvio Le Blanc
Montréal

La Syrie est aujourd’hui qualifiée d’«archipel de la torture» d’al-Assad. Souvenons-nous que le Canadien Maher Arar avait entrepris en 2004 une poursuite judiciaire contre les États-Unis pour l’avoir expulsé et remis aux sous-traitants syriens qui l’ont détenu et torturé pendant quelque 10 mois. Ce n’est donc pas d’hier qu’on torture en série en Syrie. À l’époque, les États-Unis de George W. Bush aimaient bien Bachar al-Assad.