Une crise sérieuse

Marcel Arseneau
Campbellton

Le Parti libéral du Nouveau-Brunswick vit une crise très sérieuse.
François Gravel, chef de pupitre de l’Acadie Nouvelle, dans un éditorial fort bien étoffé daté du 17 août, affirme qu’il existe une division profonde entre le clan de Michael Murphy et celui de Brian Gallant dans la course à la direction du Parti libéral de la province.

Il serait trop long et surtout trop difficile d’essayer de faire l’historique de cette controverse. C’est une lutte de pouvoir entre M. Murphy et M. Gallant pour le leadership du parti. C’est la chicane dans la famille libérale, c’est la chicane dans la cabane.

Nous savons que des luttes ou des divisions ont toujours existé au sein de certaines familles, tant en Acadie qu’ailleurs dans le monde. Le Parti libéral n’a rien inventé. Il va falloir que l’un des deux candidats fasse des excuses ou se rétracte. Sinon, le Parti sera déchiré pour le Congrès de leadership en octobre.

Il ne faut pas oublier qu’une crise dans les rangs du Parti libéral fait le bonheur des conservateurs du premier ministre David Alward au Nouveau-Brunswick. Il doit avoir un malin plaisir à regarder tout cela.

Je prétends que seul le sage et expérimenté professeur Donald Savoie, de l’Université de Moncton, peut agir comme médiateur dans ce conflit chez les libéraux de la province.