Une fausse illusion concernant l’avortement

Denis Laplante
Moncton

À la suite du commentaire du samedi 11 août de Crystal Ouellette, titré

«Le féminisme en 2012», je constate que je suis d’accord avec plusieurs luttes du féminisme: contre la violence conjugale, pour l’équité salariale, contre l’hypersexualition (y compris la position féministe exprimée et expliquée par l’ancienne journaliste de Radio-Canada Julie Miville-Deschênes concernant les travailleuses du sexe il y a quelque temps)… Jusqu’ici, ça va!

Mais lorsqu’on met l’accès à l’avortement parmi les conditions pour atteindre l’équité pour les femmes, là, ça sonne faux, et cela me rend mal à l’aise et me pousse à dire que je suis en désaccord pour deux raisons.

1- Depuis que l’accès à l’avortement est décriminalisé et légalisé dans notre pays, le viol de femmes a-t-il cessé? A-t-il sérieusement diminué? Étant donné l’état toujours si florissant de l’industrie de la pornographie, ce serait surprenant… Pourtant, je serais très ravi si les viols diminuaient dramatiquement ou cessaient complètement, contrairement à l’accusation qu’on a faite à mon endroit dans ces pages il y a quelque temps!

2- Trouver nécessaire d’ôter la vie à un nouvel être qu’une femme porte pour qu’on lui donne accès supposément à une authentique équité, c’est un mirage et une fausse illusion. En quoi est-ce équitable pour le nouvel être en question qui a sa vie propre et une âme dès sa conception?
Sur cette question-ci, et particulièrement à cause de la rhétorique qui fait les coins ronds, permettez-moi de me sentir toujours aussi mal à l’aise et de douter de la véracité de la chose…