Un homme admirable

Par Alcide F. LeBlanc
Moncton

Après une très courte maladie, le grand éducateur et ami qu’était Roméo Robichaud nous a malheureusement quittés le 7 août, la journée même où, lui et Corinne, son épouse, s’apprêtaient à célébrer leur 47e anniversaire de mariage.
La vie nous surprend chaque jour.
L’éloge prononcé éloquemment par Mme Alberta LeBlanc, sa cousine, lors des funérailles le 11 août, en l’église de Grande-Digue, nous a fait comprendre la valeur de cet homme admirable qui, disait-elle, «aimait sa famille, était passionné par les nombreux voyages qu’il résumait si bien à son arrivée. Il était un raconteur exceptionnel.»
L’ayant connu alors qu’il occupait la direction adjointe au District scolaire 11, je dois avouer qu’il était un collègue aimé, respecté, vaillant, débrouillard et d’une grande sagesse naturelle. Sa loyauté professionnelle était une sorte d’inspiration. Il n’avait aucun ennemi au bureau ni dans les écoles.
Il possédait un incroyable sens de l’humour, un humour empreint de dignité et de délicatesse.
Contrairement à certaines personnes que je connais, politiciens ou autres, quand il vous serrait la main, il vous regardait fixement et aimablement dans les yeux comme si, par ce geste sincère, il vous disait: «Je vous aime et c’est un grand plaisir de vous rencontrer et de vous connaître.»
Comme l’a si bien mentionné madame LeBlanc, «Roméo a su apprécier pleinement la vie.»
Roméo était un collègue heureux, un mari heureux, un père de famille heureux, un homme heureux. Tout cela s’explique simplement par la passion qu’il avait envers la vie. D’ailleurs, comment ne pas être heureux si on aime vraiment la vie?
À son épouse, Corinne, à sa fille, Mélanie, à tous les membres de sa famille et amis, j’exprime avec compassion mes plus sincères condoléances.