Apprivoiser sa bipolarité

Hector J. Cormier
Moncton

Le livre de Lyson Robichaud, À ma façon, mon bonheur, revu et apprivoisé, est le récit d’une lutte, d’une recherche et d’une acceptation du trouble bipolaire dont elle est atteinte. À la voir, à l’entendre et à la lire, on jurerait que ce malaise ne l’a jamais affectée. Et pourtant…

Lyson Robichaud n’est pas restée impassible devant la maladie. Elle a décidé que malgré la pathologie, elle allait se donner une vie normale et heureuse tout en étant productive. La chose n’a pas été facile, et le livre le démontre bien.

Un tel bouquin est-il pénible à lire? Non, pas celui-ci. L’auteure parle d’une enfance qui fut heureuse quand elle a vécu seule avec sa mère et sa grand-mère. Elle parle d’une vie déchirée après le mariage de sa mère où les disputes, les cris et les insultes étaient le lot du quotidien. Dans tout ce désordre, l’enfant se réfugiait dans l’écriture, la musique et l’isolement. Le manque d’un père aimant explique peut-être sa dépendance affective.

Sa bipolarité la poussera à se découvrir, à accepter la maladie et à prévenir les rechutes après maints découragements et envies d’en finir avec la vie. Le livre est le témoignage d’une évolution intéressante, le récit d’une ascension vers la liberté.

Lyson Robichaud est psychologue sans en avoir la formation. Son livre est bien écrit et se lit comme un roman. Le style est simple. Il n’a rien de braillard. L’auteure veut partager un vécu. Elle n’est surtout pas à la recherche de pitié, sinon une compréhension pour celles et ceux qui sont atteints de la maladie.

J’encourage toute personne soucieuse de voir comment on se sort de situations pénibles à se le procurer.