Un très mauvais message

Jean-Marie Nadeau
Président
Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick

Monsieur le Premier ministre,

Au cours des prochains mois, l’Assemblée législative procédera à la nomination de quatre hauts fonctionnaires (officiers), soit aux postes de commissaire aux langues officielles, de commissaire aux conflits d’intérêts, d’ombudsman et défenseur des enfants et de la jeunesse.

Or, comme seule province officiellement bilingue et eu égard aux différentes lois provinciales et fédérales qui régissent le droit des deux communautés de langues officielles au Nouveau-Brunswick, il nous appert de la plus haute importance que les titulaires de ces postes puissent s’exprimer dans les deux langues officielles.

À quelques semaines de l’adoption de la nouvelle Loi sur les langues officielles, votre gouvernement et l’Assemblée législative enverraient un très mauvais message aux deux communautés de langues officielles si les personnes titulaires de ces postes ne respectaient pas les lois et l’esprit des lois qui prévalent dans la province. De plus, nous croyons que des modifications législatives doivent être adoptées pour que ces postes exigent, à l’avenir, le bilinguisme.

Je vous prie d’accepter, Monsieur le Premier ministre, mes salutations acadiennes les plus distinguées.

c. c.: Chef du Parti libéral, chef du Nouveau Parti démocratique et les médias