Mourir dignement

 Yvette Caron
Saint-Quentin

Si la mort est certaine, son heure est imprévisible. C’est pourquoi, un jour ou l’autre, on finit par être devant cette étape de la vie qui est d’une grande importance pour le malade et ses accompagnateurs. Pour l’avoir vécue à trois reprises en trois ans (famille proche), j’aimerais partager quelques points avec vous. Pour la personne qui nous quitte, il est rassurant de sentir qu’elle n’est pas seule.

Pour que le malade parte dans la sérénité, il a besoin de signes tangibles d’une présence: soulagement de la douleur, confort, tendresse, atmosphère propice à la détente (massage, musique, conversation douce, larmes discrètes, prière, etc.) Même sous sédation, le malade se rend compte de ce qui se passe; les accompagnateurs doivent donc être vigilants. La mort est l’achèvement serein d’une vie bien vécue.

Si la volonté du patient est de mourir à la maison et que c’est humainement possible, n’ayez crainte de vivre cette expérience unique. Je l’ai vécu et je ne le regretterai jamais. Ça nous donne l’occasion de faire nos adieux plus intimement. Ça nous permet de connaître les membres de nos familles ainsi que nos amies et amis sous un autre jour, resserrant ainsi les liens qui nous unissent. Quitter ce monde dans son environnement habituel nous aide à percevoir la mort comme faisant naturellement partie de la vie. L’extra-mural de Kedgwick-Saint-Quentin nous accompagne merveilleusement bien 24 heures par jour. Quelle équipe formidable! Il y a d’autres services disponibles qui font aussi du très beau travail. Merci!

Si vous avez la chance d’avoir dans votre entourage des personnes du domaine de la santé, vous trouverez leur présence très rassurante.

Mieux vaut passer les derniers instants de sa vie dans la sérénité que dans l’angoisse. Nous pouvons préparer cette échéance en vivant chaque jour comme si c’était le dernier.

D’une cliente reconnaissante envers le Programme extra-mural et tout son entourage.