À l’heure des choix

Gérard Arseneau
Canton-des-Basque

Pour répondre aux besoins modernes de l’époque, l’Église aura à faire des choix. Il est arrivé qu’au cours des siècles de la poussière s’est accumulée. On ne peut juste vivre par des paraboles. Il y a des valeurs qui ont surmonté le test des années (voir des siècles). Il n’y a rien dans la bible qui dit que la femme ne peut devenir prêtresse ou que le prêtre ne peut se marier. Il devrait avoir ce choix: vivre son célibat ou se marier. Il est écrit: «Il n’est pas bon que l’homme vive seul.»

Dans le Prions en Église, des passages se servent du mot homme, ex.: «pour les hommes qui ont quitté ce monde». Nos mères méritent leur place au soleil. On pourrait dire «les personnes ou ceux et celles».

Un mouvement religieux continue d’accepter comme patron un conquistador espagnol. Ce dernier comme les autres ont pillé les lieux sacrés des indigènes de l’Amérique centrale. Servons-nous des mots Chevaliers de la Croix (C de C) au lieu de Chevaliers de Colomb (C de C). En anglais, on peut dire Knights of Columbus (K of C). À une époque, ce Colomb était le patron des voyageurs. À cause de l’histoire, on ne pouvait plus l’appeler saint Christophe Colomb. Il a perdu son titre.