Réfléchissons au gaz de schiste

Edna Cormier Thériault
Petit-Rocher

De plus en plus, on entend parler de gaz de schiste. Il faut peser le pour et le contre avant qu’il ne soit trop tard. D’abord, nos grands dirigeants auront cette tâche d’y réfléchir le plus tôt possible.

Il ne faut pas regarder le moment présent, mais dans 50 ans d’ici, quand ces installations vont se détruire sous la terre, c’est notre génération future qui va en souffrir. De plus, ce sera la pollution; des arbres, des rivières, des cours d’eau qui seront asséchés. Ce ne sera plus la belle vie comme aujourd’hui et ce ne sera plus le beau Canada d’à présent où il fait bon vivre, c’est le plus beau pays du monde. Tâchons de laisser cela comme à présent, où tous les gens sont heureux, et laissons ces gaz bitumineux en Alberta tout comme maintenant, et eux peuvent en faire la distribution comme toujours sans rien changer.

Ainsi tout le monde sera heureux et satisfait tout en gardant notre pays propre.

Ce n’est pas l’argent qui compte, mais le confort pour tous à long terme.

Pensons ensemble positivement à ce sujet.