Écrire pour écrire…

Thérèse Lemieux
Campbellton

Madame France Daigle, une suite à votre petite tournée pas si lointaine (30 avril 2013). Pauvre de vous… c’est bien pour dire… la littérature nous conduit partout, même à Campbellton où vous avez dû faire tout juste un arrêt bien sûr, pour n’avoir eu que le temps d’égratigner de négatif l’endroit où demeurent des gens relativement heureux.

Sachez qu’en vivant au Nord, nous avons d’abord appris à admirer notre site naturel extraordinaire, puis à apprécier ce nous avons, je devrais dire ce qu’il nous reste… ce qui n’est pas encore rendu au Sud.

Si vous avez le goût d’écrire des choses positives, revenez donc faire un tour chez nous… Roulez sur le boulevard du Saumon, là où tout est ordonné. On a aménagé le long de la rivière Restigouche une promenade bâtie avec de la pierre de couleurs différentes (noire, grise et rouge) provenant d’ici. Donc, plus moyen de vous tromper entre la rue et les aires de stationnement en pierre rouge. C’est un lieu privilégié pour marcher, se détendre, lire, prendre des photos, manger, etc. Des petites boutiques, blotties tout près du quai, vous offriront des rafraîchissements et des produits locaux pendant que vos enfants se prélasseront au parc d’eau, tout près. SAM, le saumon géant, trône sur sa Place, voisin de sculptures colossales. Si l’Histoire vous intéresse, le Monument Petite Rochelle, érigé à proximité, rend hommage aux Acadiens venus se réfugier sur les deux rives de la Restigouche au moment de la Déportation.

Par ces améliorations toujours en progression, nos dirigeants participent à la relance de notre communauté et tentent de cicatriser les effets de la pauvreté, du chômage et de l’exode vers le Sud.