Des élèves font la leçon à Harper

Alcide F. LeBlanc
Moncton

Des élèves de l’école primaire catholique et francophone, Le Voyageur, de la ville d’Orléans, ville à majorité francophone et située à peine à une quinzaine de kilomètres du centre d’Ottawa, ont pris l’heureuse initiative de faire parvenir des lettres au premier ministre canadien pour que soient enlevées d’Internet les publicités négatives des conservateurs, publicités destinées à discréditer Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada.

Ces braves jeunes écoliers francophones interprètent cette manière de faire du Parti conservateur national, comme de la cyberintimidation, du mépris et même de la diffamation.

Ces jeunes se disent déçus de leur premier ministre en lui disant qu’il devrait être un modèle pour les jeunes du pays.

D’ailleurs, un enfant du nom de Félix Schnell, n’a pas eu peur d’être clair et direct: «Faire des commentaires négatifs pour faire du tort est une forme de taxage (d’intimidation).»

Une autre élève, Makhena Guérin, va jusqu’à écrire: «C’est comme si vous étiez en train de nous dire, à nous les jeunes du Canada, que c’est correct de cyberintimider quand c’est complètement le contraire.»

Cela doit être très embarrassant pour M. Harper et les conservateurs d’être corrigés et interpellés par de si jeunes consciences.

Si tout le Canada a pu apprendre cette nouvelle, c’est grâce à la journaliste Rachel Gaulin de Radio-Canada, qui s’est rendue à cette école pour rencontrer ces jeunes de la 5e année.