Garder notre province propre

Annabelle Gauvin
Bathurst

Ces jours derniers, on parle beaucoup de gaz naturel et de pétrole. Ce qui inquiète beaucoup la population, c’est la méthode de fracturation (fracking) pour extraire le gaz, qui peut polluer notre eau.

Il y a encore des gens qui ne savent presque rien des dangers pour la santé, pour l’eau potable et l’environnement en général.

Au Nouveau-Brunswick, ces derniers mois, il y a eu plusieurs conférences sur le réchauffement de la planète. Inutile de vous dire que les gaz à effet de serre et l’exploitation du pétrole en produisent énormément dans l’atmosphère. Même si les compagnies pétrolières nous disent que les effets néfastes ont diminué. Elles nous considèrent ignorants.

Les gens du N.-B. sont très attachés à leur belle province. Nous voulons la garder propre pour nos enfants et petits-enfants. C’est notre responsabilité comme parents et nos représentants aussi doivent faire leur devoir.

Je suis très reconnaissante envers les nombreuses organisations qui ont formé un groupe pour énoncer leurs inquiétudes par rapport aux exploitations de gaz et de pétrole.

C’est intéressant et encourageant aussi de lire les données et les observations de David Coon, chef du Parti vert. J’aimerais que d’autres chefs de parti nous aident et nous informent également.

La Dre Eilish Cleary, conseillère en chef du N.-B. du côté médical, à propos des exploitations gazières, est très désappointée. D’après elle, le gouvernement ignore presque toutes ses recommandations à propos de protection de la santé publique vis-à-vis ces exploitations gazières qui l’inquiètent énormément. Par contre, le gouvernement, lui, n’écoute que M. Lapierre…

Le public doit se faire un devoir d’assister aux conférences sur les données récentes du réchauffement de la planète et faire également un effort, de nous informer sur l’exploitation des pétrolières et ses dangers sur la santé et l’environnement.

Pour ce qui est du «pipeline», ce n’est pas aussi payant pour le N.-B. que le gouvernement semble le croire. Par contre, l’Alberta, elle, va être comblée… Elle va se débarrasser de son pétrole bitumineux, considéré comme le plus sale et celui causant le plus de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. L’Alberta recevra toutes les redevances; le N.-B. ne récoltera que les gaz à effet de serre qui s’évaporeront dans l’atmosphère de Saint-Jean. Et on risquera à tout instant qu’il puisse avoir des fuites qui viendront polluer mers et rivières. Quant aux emplois, très peu, aussi, et plutôt des emplois à court terme…