Arrêtons les fermetures

Donald Violette
Dieppe

Ça me fait mal au cœur de voir de nombreux centres de services des caisses populaires acadiennes fermés sans arrêt.

Quand cette hémorragie va-t-elle s’arrêter? Je me souviens, lorsque Camille Thériault est arrivé à la tête du Mouvement des caisses populaires acadiennes, il disait aux gens que les fusions de caisses n’entraîneraient pas de pertes de services et qu’au contraire, il allait créer de plus grosses caisses populaires avec des centres de services et chacun y trouverait son compte. Mais voilà, la réalité est tout autre.

De nombreux centres de services sont fermés, d’autres vont connaître le même sort prochainement et ce n’est que la pointe de l’iceberg, si l’on se fie à ce qu’on lit dans les journaux dernièrement. On blâme le gouvernement provincial pour la perte de services gouvernementaux dans le Nord, mais maintenant, il faut reprocher à nos propres institutions acadiennes la fermeture de plusieurs centres. Rappelons que les caisses populaires ont été fondées par et pour les Acadiens et ce sont maintenant des Acadiens soi-disant bien-pensants qui nous enlèvent nos propres services.

De plus, dans la région de Moncton, les caisses populaires s’affichent également en anglais; c’est le monde à l’envers. Les anglophones ont donc de meilleurs services alors que les francophones en perdent. Où est la logique?

J’ai prononcé récemment une cinquantaine de conférences dans les écoles primaires francophones du Nouveau-Brunswick et j’ai vu plusieurs villages dans le Nord qui se meurent littéralement: ils ont perdu leur école (ou ce n’est qu’une question de mois avant qu’elle ferme), leur épicerie, leur unique poste d’essence, leur église est en train de tomber en morceaux et voilà qu’ils perdent leur caisse. C’est pitoyable et ça me fait mal de constater que l’on nous a laissé tomber. Que devons-nous faire pour cesser cet exode vers la ville anglophone et assimilatrice de Moncton? Quelle erreur d’avoir fondé notre université dans cette ville anglaise! Les gens du Nord qui s’installent à Moncton ne viennent pas franciser le Sud, mais ce sont eux qui s’anglicisent à la place. C’est honteux!