Faisons d’eux des acteurs du changement

Mariama Kaba

Étudiante à l’Université du Québec en Outaouais

Gatineau (QC)

Il y a présentement 115 millions d’enfants, et particulièrement des filles, qui sont démunis du droit à l’éducation dans le monde entier. Ils ne savent ni lire ni écrire. Le droit à l’éducation est pourtant un droit dont chaque enfant devrait bénéficier, comme c’est le cas ici au Canada et dont je profite également.

Par son acte salutaire pour le continent africain, le Partenariat mondial pour l’éducation est devenu l’un des outils les plus significatifs du changement dans le domaine éducatif mondial. Prônant l’équité et la justice sociale pour tous les enfants, ce partenariat est le seul à pouvoir marquer d’une pierre blanche la sortie des enfants de l’analphabétisme.

L’éducation est un investissement. Le Canada doit donc s’impliquer encore plus activement afin de réunir les ressources nécessaires pour le prochain cycle financier de trois ans pour aider et améliorer le niveau de scolarisation de ces enfants. Cet investissement sauvera et donnera un avenir meilleur à une énorme quantité d’enfants. Osons faire de ces enfants des citoyens instruits qui sauront contribuer à changer la vie, pour le mieux, sur la planète.