Un lourd prix à payer

Alcide F. LeBlanc

Moncton

Doit-on faire souffrir Louis LaPierre, détenteur d’un doctorat, plus qu’il le faut?

Je suis particulièrement peiné de voir comment on continue à s’attaquer et à faire souffrir Louis LaPierre qui a admis tout dernièrement son erreur et son manque d’honnêteté au sujet de ses qualifications professionnelles.

Qu’il soit détenteur d’une maîtrise et d’un doctorat en éducation, cela n’est pas moins valable qu’un doctorat en sciences environnementales.

Lorsque l’Université de Moncton lui a décerné le titre de professeur émérite au début de l’année 2000, ce n’était pas parce qu’il était détenteur d’une maîtrise ou d’un doctorat de telle ou de telle université, mais bien pour reconnaître ses compétences et surtout son énorme contribution dans plusieurs domaines, et cela, au niveau provincial, national et même international.

Monsieur LaPierre a déjà payé lourdement son erreur et sa faute. Comme l’a dit l’ancien président du Conseil des gouverneurs, Me André Richard, il est temps de passer à autre chose!

Ce message s’adresse au Sénat académique de notre université et à d’autres personnes.