Une montagne de preuves

Jean-Guy Richard 

Notre-Dame

Je suis très désappointé de l’éditorial de M. Saint-Cyr du 8 octobre. M. Saint-Cyr demande que l’on garantisse que la fracturation hydraulique soit parfaitement sécuritaire.

M. Saint-Cyr devrait savoir que la perfection n’existe pas dans ce monde et que demander la perfection relève de l’impossible. Toutefois, il y a une montagne de preuves que la fracturation est sécuritaire.

Le département d’Énergie des États-Unis a fait une étude de plus de deux ans et n’a trouvé aucun puits qui avait été contaminé par la fracturation. Et cela même s’il y a au-dessus de 500 000 puits en activité aux États-Unis. La Environmental Protection Agency des États-Unis a également conduit une telle étude avec les mêmes résultats. Le gouvernement de la Colombie-Britannique au Canada a déclaré que depuis 50 ans que l’on fait de la fracturation il n’y avait jamais eu de contamination de l’eau. Le Département des Ressources naturelles du Canada affirme que la fracturation est sécuritaire. Au-delà de 30 États américains ont de la fracturation et au moins trois provinces canadiennes.

Est-ce que tous ces gouvernements sont stupides et malhonnêtes? Est-il raisonnable de croire cela? Si la fracturation contaminait l’eau potable dans toutes ou certaines de ces juridictions, la population se serait soulevée il y a longtemps. Et les gouvernements concernés auraient fermé ces installations. M. Robichaud a raison que la plupart des informations utilisées par les opposants proviennent des médias sociaux où il n’est pas garanti que ces informations soient exactes ou qu’elles aient été vérifiées. C’est M. Saint-Cyr qui souffre de surdité.