Donner à César ce qui appartient à César

Richard Leblanc
Moncton

Je voudrais clarifier des choses à la suite des commentaires récemment faits sur un poste de la télévision française locale de la ville de Moncton au sujet de Louis J. Robichaud.

M. Robichaud a eu la chance d’avoir une éducation, car son père était propriétaire d’un moulin. Étant devenu avocat, il souhaitait se lancer dans la politique. Ayant peu d’argent, un certain M. Richard, homme d’affaires à Bouctouche, l’a aidé financièrement, car il savait que M. Robichaud était un bon orateur et que les chances d’avoir un siège étaient bonnes.

Les commentaires qui ont été dits à la télévision étaient comme si M. Robichaud aurait tout accompli pour permettre des chances égales aux citoyens de langue française. D’autres personnes, comme le Dr Léon Richard, dont le Centre d’oncologie de l’Hôpital Georges-L.-Dumont porte le nom, le père Clément Cormier, Gilbert Finn ainsi que Jean Cadieux, tous ces hommes ont aidé pour assurer la possibilité des chances égales, certains d’entre eux ont assuré que la population ait une université francophone dans la région. Les commentaires à la télévision donnant juste crédit à M. Robichaud.

Il ne faut pas oublier la famille Irving qui, dans les années 1930-1940, étant dans une période de croissance, a employé beaucoup de personnes dans la région de Kent et j’ai su que même dans ces années-là, la compagnie s’assurait d’embaucher la moitié d’anglophones et l’autre moitié de francophones. D’après ça, c’est là que la possibilité d’égalité pour les francophones a commencé et non dans le temps de M. Robichaud.

Un autre commentaire dit à la télévision avec lequel je ne suis pas d’accord est que M. Robichaud a bâti le village de Saint-Antoine. Il y a bien d’autres personnes qui ont aidé à la croissance du village. Par exemple, le Dr St-Amant a fait construire deux foyers de soins pour les personnes âgées. Sans le docteur, où seraient ces bons vieux des alentours? Octave Cormier a aussi été un pionnier du village. Une autre personne est Raoul LeBlanc. Il a établi quatre différentes entreprises employant au-delà de 100 personnes et il a aussi érigé des édifices à logements comptant une centaine de loyers, une majorité de ces locataires venant de l’extérieur qui sont venus s’établir dans la communauté. Il ne faut pas dire que c’est Louis Robichaud qui a bâti Saint-Antoine. J’ai personnellement voté pour M. Robichaud à deux reprises et je ne dis pas qu’il a eu de bonnes idées, mais il faut donner à César ce qui appartient à César!