La pleine municipalisation

Jacques Verge
Dieppe

Lors de la plénière de la Convention nationale de 2014, la salle a adopté une résolution mettant en priorité la pleine municipalisation comme objectif de la communauté francophone pour les 10 prochaines années. Il faut, à mon avis, remettre cette résolution dans son contexte et la «relativer» par rapport à tout ce qui a été discuté lors de cette convention.

Il faut d’abord se souvenir qu’une convention nationale ne donne que des opinions qui doivent être prises en considération par la SANB. Plusieurs sujets, tout aussi importants, ont fait l’objet de consensus lors des sessions de groupe et il faudra en tenir compte lorsque le rapport de la convention serait publicisé. Notons la gouvernance et la gestion de nos institutions, l’alphabétisation, l’éducation, le développement économique et touristique de nos régions, l’entrepreneuriat et j’en passe!

Pour ce qui est de la municipalisation, il faut reconnaître que ce n’est qu’un moyen pour gouverner et développer nos communautés qu’elles soient anglophones ou francophones. La municipalisation ne peut pas et ne doit pas être un objectif uniquement de la communauté francophone.

Il faut convenir que ce serait un outil intéressant pour développer nos communautés rurales, pour développer nos attraits touristiques, de développer nos économies régionales tout comme de mettre en place la politique d’aménagement linguistique et culturelle.

La communauté francophone ne doit pas mettre tous ses efforts uniquement pour obtenir la municipalisation et laisser tomber nos efforts pour maintenir notre langue et notre culture en obtenant la gestion et la gouvernance de nos institutions.