Un peu de recul, s’il vous plaît!

Dre Samira Farhoud
Fredericton

Ces derniers jours étaient bien mouvementés au Canada. Deux paumés de notre société ont semé la pagaille. Leur acte a été malheureusement comparé à un acte terroriste à cause de leur affinité à l’idéologie de l’EI, lequel est formé des groupuscules extrémistes qui utilisent l’Islam pour régner. Cependant, l’EI n’a de l’islam que l’appellation. Est-ce qu’on a perdu notre aptitude à analyser objectivement et lucidement ces deux dernières attaques? Il s’agit d’a priori des deux marginaux qui ont perdu leurs repères socioéconomiques et socioculturels et qui ont enduit dans leur perte la vie des deux personnes innocentes. On a comparé leur violence à un acte terroriste lié à l’État islamique. En adoptant cette pensée déductive, on risque d’attiser l’islamophobie, le racisme et la xénophobie. Il suffit de lire les commentaires haineux sur les réseaux sociaux pour constater la recrudescence de la haine contre les musulmans dès qu’un tueur s’associe à un groupe islamiste pour se venger de sa société locale. Amalgamer tous les musulmans aux extrémistes musulmans de l’EI, c’est à la fois dangereux et grossier, puisqu’on oublie que la première victime de l’EI est l’Islam.

Ne doit-on pas par hasard remettre en question notre politique nationale? Que doit-on faire pour réinsérer des paumés à l’instar de Couture-Rouleau et de Zehaf-Bibeau dans le corps social? Comment protège-t-on nos institutions politiques des attaques imprévues ou préméditées sans se faire leurrer par la rhétorique politique d’un potentiel danger à notre démocratie? Comment garantissons-nous la liberté d’expression et de mouvement? Il est temps de prendre un petit peu de recul, de tourner le dos au sensationnalisme et de s’attabler sur notre faiblesse d’intégration sociale et de suivi psychologique. Que le débat commence!