Loi sur l’accès à l’information

Jacques Verge
Dieppe

La récente position prise par l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB) me semble contraire à ce que nous devrions nous attendre. Alors que de plus en plus de gens contestent la situation actuelle, à savoir que trop de documents ne sont pas accessibles et que le processus pour les obtenir est très long, voilà qu’un obstacle pourrait apparaître: le coût de la demande.

Comme citoyens et citoyennes, nous nous attendons de nos gouvernements, de nos municipalités et de nos institutions qu’ils soient transparents. Ajouter un coût n’est pas la solution. Il faut changer la mentalité de nos élus, des fonctionnaires et des dirigeants de nos institutions. Ça coûte moins cher de publier l’information sur son site que de la cacher et ensuite de tout faire pour ne pas la publier.

Il faut, à mon avis, déterminer ce qui ne doit pas être publié et publier le reste. Actuellement, on fait le contraire et les demandes se font de plus en plus nombreuses.

La transparence devrait être la qualité recherchée par nos gouvernements et nos municipalités.