Le Nord a besoin de ses hôpitaux

Par Weldon McLaughlin, Pointe-à-Bouleau.

Depuis que le gouvernement a annoncé que tout était sur la table dans la recherche de réduire les dépenses, il y a un débat sur la question de conserver ou pas certains plus petits hôpitaux. Les petits hôpitaux visés sont particulièrement dans le «Nord».

Ce débat est relié à la volonté du gouvernement à réduire le déficit. Mais cette question de soins de santé dans le nord doit aussi faire partie d’un autre discours du gouvernement.

En effet, le gouvernement préconise pour la province un développement économique basé sur le savoir.

Est-ce que ce développement économique basé sur le savoir vise le Sud seulement ou est-ce que le Nord est inclus? Si on espère réellement que le Nord se développe, plutôt que de se vider, si on veut des perspectives d’emplois intéressants et payants, il faudra investir dans le Nord que ce soit dans les routes, le développement de la main d’œuvre, etc, et la santé.

Si des gens du Nord sont atteints de maladies graves ou victimes d’accidents, tous les services spécialisés sont dans le Sud. Et ceci a un impact important, pas seulement pour la population actuelle, mais également pour le développement du Nord. Si un entrepreneur veut s’installer au N.-B., et qu’il constate ce manque de service de santé dans le Nord, pour sa famille et ses employés, est-ce surprenant qu’il préfère s’installer dans le Sud?

Le vrai débat ne devrait pas être de fermer quelques petits hôpitaux dans le Nord; pour la plupart c’est ce que sont nos hôpitaux, de «petits hôpitaux» à comparer à ceux du Sud! Le véritable débat devrait être autour du fait que tous les services de santé plus spécialisés sont concentrés dans les hôpitaux du Sud. Et le Nord?

Lorsqu’un service unique ne peut être offert qu’en un seul lieu, et/ou lorsqu’un service doit être rattaché à un centre de trauma, il est normal qu’il soit situé dans le Sud. Mais comment se fait-il qu’un service puisse être offert en 2, 3 lieux dans le Sud mais pas dans le Nord? C’est là la véritable question.

Si on espère réellement que le Nord se développe plutôt que de se vider, il faut avoir confiance dans la population du Nord et y investir. Et de véritables services en santé sont un élément.