Par: Gerard Adams
Président et chef de la direction de Travail NB

La récente affaire judiciaire dans laquelle un automobiliste est accusé de la mort d’une signaleuse néo-brunswickoise survenue sur une route en Saskatchewan réaffirme l’importance de ralentir dans les zones de construction routière.

Ashley Dawn Richards, âgée de 18 ans, a perdu la vie en août 2012 lorsqu’elle a été frappée par un véhicule utilitaire sport dans une zone de construction routière. Elle a été projetée sur une distance de la largeur d’un terrain de football. Il s’agissait de sa première journée de travail. Plus tôt ce mois, un tribunal de la Saskatchewan a entendu le témoignage d’un agent de la GRC chargé de la reconstitution des accidents. Ce dernier a estimé que l’automobile se déplaçait à une vitesse entre 82 et 99 km/h quand elle a frappé la signaleuse. La vitesse limite affichée était de 60 km/h.

Bien que cette tragédie soit survenue en Saskatchewan, elle nous a touchés personnellement. La jeune fille venait de déménager de Lakeside, au Nouveau-Brunswick, près de Saint-Jean.

Cet incident nous a également rappelé une autre tragédie survenue au Nouveau-Brunswick en 2007.

Un préposé à l’entretien des routes a été tué et deux autres ont été blessés lorsqu’un camion de transport les ont frappés alors qu’ils travaillaient sur la route transcanadienne à Moncton. Ils plaçaient des cônes de signalisation le long de la ligne médiane quand ils ont été frappés.

L’incident a poussé le gouvernement du Nouveau-Brunswick à doubler le montant des amendes pour excès de vitesse dans les zones de construction routière. L’amende minimale est maintenant de 480 $.

Toutefois, selon la province, environ un quart des Néo-Brunswickois avouent conduire à une vitesse excessive dans ces zones.

Pour ce qui est de l’affaire judiciaire en Saskatchewan, le conducteur a plaidé non coupable plus tôt ce mois à des accusations de négligence criminelle causant la mort et de conduite dangereuse causant la mort. Le juge a différé sa décision jusqu’en octobre. Toutefois, les Néo-Brunswickois ne devraient pas attendre pour tirer une leçon de cette tragédie.

Chaque jour, du printemps à l’automne, on compte environ 150 zones de construction routière dans la province où travaillent des centaines de travailleurs en vue de rendre les routes plus sécuritaires pour vous. Il s’agit d’un époux ou d’une épouse; d’un père ou d’une mère; ou d’un fils ou d’une fille. Tout comme vous, ils se rendent au travail en espérant rentrer à la maison saine et sauve à la fin de la journée.

Bien que nous devions tous faire face à l’inconvénient temporaire des travaux routiers, nous ne pouvons négliger notre rôle en vue de rendre les zones de construction routière plus sécuritaires.

En vertu de la Loi sur l’hygiène et la sécurité au travail, les employeurs doivent prendre toutes les précautions raisonnables pour protéger la santé et la sécurité de leurs salariés, y compris appeler la police lorsqu’ils aperçoivent des automobilistes qui conduisent trop vite dans les zones de construction routière.

Travail sécuritaire NB effectue des inspections périodiques de ces zones et donne des ordres de suspension des travaux lorsque les travailleurs de la construction routière sont en danger. Notre but est d’assurer la sécurité de ces travailleurs.

Le service de police visite également les zones de construction routière. Le District de l’Ouest de la GRC a annoncé que pendant le mois d’août, il surveillera les zones de construction routière d’Edmundston jusqu’à St. Stephen pour repérer les automobilistes qui roulent trop vite. Il appliquera le code de la route à la lettre.

En tant qu’automobiliste, vous avez également un rôle à jouer.

Planifiez votre trajet à l’avance. Pour connaître où ont lieu les travaux de construction routière, vous pouvez:  consulter les avis de circulation sur le site Web du ministère des Transports et de l’Infrastructure, à l’adresse http://www.gnb.ca/0113/fr/traffic_advisories/index-f.asp;

Accordez-vous plus de temps pour vous rendre à votre destination si vous savez qu’il y aura des perturbations de la circulation.

Respectez la vitesse limite affichée et ralentissez. Au Nouveau-Brunswick, les automobilistes doivent habituellement ralentir à 90 km/h sur les routes dont la vitesse limite affichée est de 110 km/h. Dans certains cas, il n’y a que des cônes orange qui séparent la circulation et les travailleurs de la construction routière.

Portez attention aux signaleurs, et évitez de changer le poste de radio ou d’utiliser un téléphone cellulaire pendant que vous conduisez dans une zone de construction routière. Faites attention aux travailleurs et aux machines.

Et d’abord et avant tout, soyez patient. Les équipes de construction routière travaillent en vue de rendre les routes plus sécuritaires pour vous. Quand vous ralentissez, vous rendez leur lieu de travail plus sécuritaire.

La construction routière est une réalité de la vie au N.-B. Travaillons pour assurer qu’aucune autre vie ne soit perdue.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle