La nécessité d’une véritable compassion

Le gouvernement fédéral prépare actuellement ce qu’il appelle l’aide médicale à mourir. Attention: l’aide médicale à mourir, ce n’est pas refuser un traitement médical inutile, mais c’est provoquer la mort d’un patient.

S’il est introduit au Canada, ce renversement des fonctions du médecin aura des conséquences catastrophiques: perte de confiance des patients envers leur médecin; risque que des personnes âgées, s’imaginant être un fardeau, sentent une pression de mettre fin à leurs jours; dévalorisation à travers la société de la vie des personnes handicapées; augmentation des formes d’abus des vieillards; diminution de l’efficacité des mesures pour diminuer le taux de suicide chez les jeunes, en raison du double langage; risques d’abus afin de diminuer les coûts du système de santé.

En réponse à cette grave menace pour le tissu social, je réaffirme le respect dû à la dignité humaine, le besoin d’offrir des soins palliatifs de qualité à travers le Canada et la nécessité d’une véritable compassion (c’est à dire: souffrir avec): on s’humanise en acceptant de souffrir avec quelqu’un, non pas en lui montrant la porte de sortie. Et la valeur de l’humain ne se mesure pas au nombre de choses qu’il peut accomplir.

Je vous invite à utiliser votre pouvoir démocratique et à faire connaître à votre député votre opposition au projet de loi en question. Prenez quelques minutes de votre temps afin de poser un geste pour mémère Belliveau et mon oncle Richard, dont la vie sera menacée à moyen et à long terme. Pensez à vos enfants et aux enfants de vos enfants. Quel genre de société allons-nous leur léguer?

Tony Pelletier
Moncton