Brodie Fenlon, directeur des médias numériques, CBC, par la présente, nous désirons vous faire part de nos inquiétudes concernant certains commentaires irrespectueux émis au sujet de la communauté francophone du NouveauBrunswick sur le site Internet de CBC New Brunswick. À la suite de reportages portant directement ou indirectement sur des dossiers linguistiques, nous pouvons lire sur votre site des commentaires qui n’ont rien à voir avec l’objet du reportage et qui ne cherchent qu’à attaquer et à injurier la communauté francophone. Nous croyons que ces commentaires n’ont pas leur raison d’être sur le site Internet de la société d’État qu’est la CBC.

Nous reconnaissons que la liberté d’expression revêt une importance vitale dans une société libre et démocratique. Nous acceptons que des personnes puissent exprimer fortement leur opposition à la Loi sur les langues officielles et aux dispositions de la Charte canadienne des droits et libertés qui garantissent les droits linguistiques des citoyens canadiens. Les citoyens du Nouveau-Brunswick et du Canada ont également le droit d’exprimer leur désaccord quant aux politiques linguistiques de leur gouvernement respectif. Cela fait partie du droit démocratique des citoyens de s’exprimer librement et de participer pleinement aux débats publics concernant les décisions politiques.

Or, dès que les sujets des reportages portent sur les questions linguistiques, certains individus profitent de ces forums pour faire systématiquement la propagation de la haine et du mépris envers la communauté francophone. Ne pas prendre ces commentaires au sérieux aurait comme conséquence de banaliser un comportement qui attaque le fondement même de la vie démocratique de notre société. Loin d’être un exercice de liberté de parole, ce type de réaction s’apparente davantage à des comportements d’intimidation, de mépris, d’intolérance et d’irrespect. Pour notre part, nous considérons que l’expression répétée de tels commentaires sur le site Internet de la société d’État est suffisamment préoccupante pour justifier une intervention.

Notre préoccupation ne tient toutefois pas simplement à leur caractère offensant, mais découle du préjudice réel qu’ils causent, dans la mesure où ils peuvent avoir de graves conséquences sociales. Plusieurs de ces commentaires incitent volontairement à la haine et représentent une attaque grave contre la communauté francophone et des personnes appartenant à cette communauté. Le moins que l’on puisse dire est que ces commentaires sont une attaque à la dignité de la communauté francophone et des individus visés par ces écrits. La dérision, l’hostilité et les injures encouragées par ces commentaires répétés ont également un effet négatif sur la perception que le groupe majoritaire peut se faire du groupe minoritaire. Ces conséquences sont graves dans un pays comme le Canada et dans une province comme le Nouveau-Brunswick qui se targuent de favoriser le respect et la tolérance entre les différents groupes ethniques et linguistiques et où la dualité linguistique est présentée comme une valeur fondamentale.

La diffusion de commentaires haineux et irrespectueux envers les francophones sur le site internet de CBC New Brunswick a pour effet de semer la discorde entre les deux groupes de langues officielles. Voilà pourquoi nous nous permettons aujourd’hui de faire appel à votre sens de l’éthique et à votre mission en tant que diffuseur national afin de trouver une manière de mieux modérer ce type de commentaires sur votre site web.

Dans un reportage de Radio-Canada sur le sujet, vous mentionniez que ces commentaires, faits sous le couvert de l’anonymat, permettaient «aux gens d’apporter de nouveaux angles à un sujet». Nous voyons mal quels nouveaux angles les commentaires suivants apportent aux débats sur les langues officielles au Nouveau-Brunswick:

«The English won the battle of the plains of Abraham, but unfortunately lost the war. If the French want to be so elitist, please move to Quebec or better yet, take all your friends and move to France.» («Les Anglais ont remporté la bataille sur les Plaines d’Abraham, mais malheureusement, ils ont perdu la guerre. Si les Français veulent être si élitistes, s’il vous plaît, qu’ils migrent vers le Québec, et mieux encore, qu’ils emmènent tous leurs amis et déménagent en France.»)

«Your correct. What shoud have been done is banish all the French to Louisiana.» («Vous avez raison. Ce qui aurait dû être fait, c’est de bannir tous les Français de la Louisiane.»)

«Imagine if all the Acadians were removed from NB , NS during the expulsion. Imagine how things would be much better. We wouldn’t be broke. We wouldn’t have to listen to all the crying.» («Imaginez si tous les Acadiens avaient été expulsés du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse durant la déportation. Imaginez comment les choses seraient mieux. Nous ne serions pas pauvres. Nous n’aurions pas à les entendre pleurnicher.»)

Ces commentaires font référence à la déportation des Acadiens. Sont-ce là des exemples d’arguments qui apportent un «angle nouveau» au débat? Certains auteurs, dont J. M. Faragher, de l’Université de Yale, ont assimilé la déportation à une tentative de génocide. Accepteriez-vous que ce genre de commentaires soient publiés sur votre site web s’ils faisaient référence à un autre groupe qui aurait subi un sort similaire?

«If anything this 2021 [se réferant aux jeux de la Francophonie] would be a perfect time to let the chiac-let alone the world know just what some of us English think about segregation/forced bilingualism/fake franco-phony… push the issue of segregation/forced bilingualism right back into their faces, plain and simple… sounds like a worthy plan.» («À vrai dire, les Jeux de 2021 fourniraient aux anglophones l’occasion idéale de dire aux «Chiacs» ce que nous pensons de la ségrégation, du bilinguisme forcé, de la fausse francophonie (…) de leur remettre sur le nez les questions de ségrégation et de bilinguisme forcé, purement et simplement (…) ça me semble être un bon plan!»)

Croyez-vous que l’expression «franco-phony» qui est souvent employée dans ces commentaires apporte un «angle nouveau» au débat? Croyez-vous que l’utilisation péjorative de cette épithète pour désigner un groupe linguistique ou ethnique soit acceptable sur un site comme le vôtre? Accepteriez-vous que ce genre de langage soit employé pour un autre groupe ethnique?

«Great picture of her [Commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick]. Shows here as the franco-demoniac thing she is.» («Très belle photo de [la commissaire aux langues officielles]. Cette image montre bien la chose franco-démoniaque qu’elle est.»)

«Kris Austin and the People’s Alliance Party is the only party that will stand up for the people of New Brunswick and won’t be dictated from the 30 or more Francophone minority groups, that sneak behind closed doors like cowards away from the public with their me me attitude and demand what they want for themselves and the hell with the majority of the people who want important things done for the betterment of all the people of New Brunswick like, healthcare improved, help get…» (Kris Austin et l’Alliance des gens sont les seuls représentants politiques qui se tiendra debout pour les citoyens néo-brunswickois et qui ne seront pas asservis par les 30 groupes et plus de la minorité francophone, qui se faufilent derrière des portes closes comme des lâches loin du peuple avec leur attitude «je-me-moi» et qui réclament ce qu’ils veulent pour eux-mêmes en se foutant du fait que la majorité des gens réclament que des actions importantes soient entreprises pour le bien-être de tous les citoyens du Nouveau-Brunswick, comme l’amélioration des soins de santé…»)

«Show me a frenchman from France who can understand the french in NB and I’ll eat my hat.» (Montrez-moi un Français de France qui peut comprendre le français au Nouveau-Brunswick et j’avalerai mon chapeau.»)

«Segregation is alive and well here in New Brunswick !!! Next will be the daycares. This is a one way push with the agenda of power and control. The Francophone Elite will not stop until they have made this province into another Quebec. Divide and conquer and the majority of New Brunswickers sit back and do nothing. U of M should be proud of producing radicalized individuals such as Michel Doucet and Serge Rousselle!!!» (La ségrégation est bien vivante au Nouveau-Brunswick!!! La prochaine étape, ce sera les garderies. C’est une façon de pousser leur agenda de pouvoir et de domination. L’Élite Francophone ne s’arrêtera pas tant qu’ils n’auront pas transformé la province en un autre Québec. Diviser puis conquérir et la majorité des Néo-Brunswickois demeurent assis et ne font rien. L’université de Moncton doit être fière de produire des individus radicalisés comme Michel Doucet et Serge Rousselle!!!»)

«Closing the University de Moncton would help at solving a lot of the problems in this province.» («Fermer l’Université de Moncton pourrait aider à résoudre bien des problèmes dans cette province.»)

«Between Irving and the french the province is sinking. Get rid of them both…» («Entre Irving et le français, la province est en train de couler. Débarrassons-nous des deux…»)

«Well among the two, I guess even Irving can wait a little bit, albeit how much they are not liked.» (Eh bien, entre les deux, je crois même que les Irving peuvent attendre un peu [avant de partir], bien qu’ils ne soient pas très aimés.»)

«Imagine this… The Acadian mafia in control of our justice system. Could it be anymore corrupt.» (Imaginez ça: la mafia acadienne prenant le contrôle de notre système judiciaire. Il ne pourrait être plus corrompu.»)

Ces différents commentaires font-ils partie de ces arguments qui apporteraient des «nouveaux angles»? Nous vous invitons à reprendre ces commentaires et à y substituer un autre groupe ethnique ou religieux au terme «francophone». Accepteriez-vous de les publier dans ces cas? Sinon, alors pourquoi acceptez-vous de les publier lorsqu’ils attaquent la communauté francophone du Nouveau-Brunswick?

Les commentaires reproduits ne sont que quelques exemples. Nous aurions pu en ajouter encore plusieurs dizaines pour ne pas dire des centaines. Nous n’avons pas repris la plupart de ceux qui attaquent la dignité de certaines personnes. Encore une fois, nous insistons sur le fait que notre intervention ne vise pas à empêcher le débat et la libre expression des opinions. Toutefois, nous considérons que CBC manque à son mandat de diffuseur national en ne contrôlant pas plus efficacement ces commentaires et en n’exigeant pas, entre autres mesures possibles, que les personnes qui les publient s’identifient, car il est bien plus facile d’émettre des commentaires haineux sous le couvert de l’anonymat.

En ce qui a trait à un meilleur contrôle de ces commentaires, il existe déjà un précédent: votre décision de bannir tous commentaires à la suite de reportages portant sur les communautés autochtones. Nous vous félicitons pour cette décision. Pour notre part, nous ne demandons pas que vous éliminiez tous les commentaires à la suite de reportages portant sur les langues officielles, même quand ces commentaires n’apportent aucun argument nouveau ou utile au débat. Nous vous demandons plutôt d’utiliser un plus grand discernement dans votre évaluation de l’utilité sociale de ces commentaires et de ne plus publier ceux qui n’ont pour objet que d’attaquer la communauté minoritaire ainsi que la dignité de certains membres de cette communauté. Les commentaires haineux et irrespectueux envers la communauté francophone ne cadrent pas avec la mission de CBC. De plus, ils ont pour effet de discréditer la qualité des reportages de vos journalistes et la bonne réputation de CBC New Brunswick auprès de la population francophone qui l’écoute et qui, surtout, lit ses nouvelles. La CBC ne doit pas devenir, pour des fins purement mercantiles, la plateforme de prédilection pour les messages haineux de ce genre.

Nous osons espérer que le diffuseur public qu’est CBC portera une attention particulière à notre demande et que les correctifs nécessaires seront apportés dans les plus brefs délais.

Michel Doucet. c.r. pour

Éric Forgues; L’hon. Michel Bastarache, c.r.; Bernard Richard; Jean-Claude Savoie, chef de direction et président du Conseil d’administration du Groupe Savoie; Alain Bossé, président et chef des opérations du Groupe Savoie; Percy Mockler, sénateur; Yvon Godin; Cyrille Simard, maire d’Edmundston; Véronique Doucet; Marie-Michèle Doucet; Fleurette Landry; Robert Thibault; Rose-May Poirier, sénatrice; Paul McIntyre, sénateur; Jean J. Gaudet; Odette Snow, c.r.; Benoit Duguay; Yvon Lapierre, maire de Dieppe; Ernest Thibodeau, conseiller, ville de Dieppe ; Jean-Luc Bélanger, Association francophone des aînés du NB; Normand Thériault; Pauline Bourque; Carmel St-Amand, maire de Saint-Léonard; Luc Doucet, vice-président Richelieu International; Alcide F. LeBlanc; Jean-Marie Nadeau; Danny Sonier; Marc Richardson; Raphaël Moore; Michaël Paulin; Jeanne D’Arc Gaudet, présidente de la SANB; René Cormier, président de la Société nationale de l’Acadie; Hélène Boudreau, vice-présidente Participation citoyenne de la SANB; Alexandre Savoie; Nathalie Drapeau; Lucienne Godbout-Beaulieu; Philippe Morin; Damien Dauphin, ancien vice-consul de France; Géraldine Thériault; Mona Sonier; Raymond Gionet; Jacqueline Gionet; Mélanie Tremblay, présidente de l’Association des juristes d’expression française du N.-B.; Fernand de Varennes, doyen de la Faculté de droit, Université de Moncton; Fédération des étudiants et étudiantes du Centre universitaire de Moncton; Aline Johanns; Michèle Caron; Association francophone des parents du Nouveau-Brunswick; Roger Martin; Lorraine O’Donnell; Karine McLaren; Moncef Lakouas; Anne Robineau; Karine Smith; Josée Guignard Noël; Fédération des Conseils d’éducation du Nouveau-Brunswick; Norbert Roy; Michelle Landry; Manon Richardson, enseignante; Réal Gervais; Linda Cardinal; Dominic Caron; Marc-André T. LeBlanc; Dominique Pépin-Filion

Cc.: L’honorable Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien; L’honorable Dominic LeBlanc; L’honorable Brian Gallant, premier ministre du Nouveau-Brunswick; Hubert Lacroix, PDG, Société Radio-Canada; Esther Ekin, Ombudsman CBC; Pierre Tourangeau, Ombudsman Société Radio-Canada; Graham Fraser, Commissaire aux langues officielles du Canada; Katherine D’Entremont, Commissaire aux langues officielles du N.B.; Bruce Fitch; David Coon

 

À LIRE AUSSI: CBC: front commun contre les propos haineux envers les francophones

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle