Une grave insulte

L’affiche propagandiste et choquante du groupuscule Anglophones Rights Association of New Brunswick (ARANB) qui surplombe maintenant l’artère principale de la ville de Moncton est une grave insulte à nos bâtisseurs politiques et à nos citoyens. Ne soyons pas dupes.

L’étalement public de leur idéologie sournoisement haineuse envers les francophones entache notre ville qui se veut bilingue et celle qui accueillera bientôt les Jeux internationaux de la francophonie.

À même leur site web (ARANB), on affirme, en toute fausseté, le déclin de la vitalité de langue française au N.-B. et on expose une série de «pièces satiriques» et de pamphlets exprimant à travers l’humour un venin endoctriné. La présidente de l’association, Sharon Buchanan, a beau vouloir réconforter l’auditoire sur ses intentions pures et démocratiques, mais elle ne pourra plus berner le peuple très longtemps.

On se rappellera que CBC New Brunswick a été obligé de fermer sa section internet des commentaires publics en raison de l’affluence de messages diffamatoires et francophobes, devenu un havre pour les bigots. Sur le site web de l’ARANB, on retrouve des propos et des écrits à teneur similaire et non voilée, transpirant le fiel avec lequel ils carburent.

Mme Buchanan mousse son argumentaire en disant que le bilinguisme au N.-B. accapare trop de ressources pour satisfaire seulement le 32% de sa population. Or, même le Canada a choisi de devenir un État bilingue avec sa loi fédérale garantissant le respect des langues officielles, adoptée dès 1969, pour 22% de sa population! Va-t-elle aussi lutter pour les «droits» des anglophones à travers le pays ou plutôt demeurer retranchée dans une province qui aura vu naître des entités francophobes telles le parti politique C.O.R. et la Anglo Society of New Brunswick?

J’en appelle à nos politiciens de tous les niveaux à doubler d’efforts afin d’expliquer et de promouvoir la richesse qu’apporte le bilinguisme au N.-B., sans broncher et sans trembler. J’en appelle à tous les Néo-brunswickois fiers de vivre dans une province officiellement bilingue de décrier haut et fort cet acte fomentant l’intolérance, la division et la colère.

Cette affiche qui éclaire désormais la rue Main me donne la nausée. Point.

Gabriel Girouard
Moncton