Une occasion ratée

Convenons d’emblée que la consultation ayant cour en matière de langues officielles n’est d’aucun intérêt pour la grande majorité des Canadiens et de leurs médias, francophones et anglophones, au Québec et dans le «hors-Québec».

Pourtant il s’agit bien de ce qui représente toujours l’ADN linguistique de l’État canadien moderne que nous souhaitons projeter et qu’il y a plus d’un milliard de dollars dans la cagnotte. Or, Patrimoine Canadien porte une grande part de responsabilité pour intéresser les Canadiens à leur régime linguistique.

Le ministère a toutefois notablement failli à la tâche lors de la consultation de 2007 et de 2010 et, si la tendance se maintient, faillira à nouveau pour celle de 2016 passé la mi-parcours. Imaginez donc ce que nos médias pourraient accomplir avec ce milliard pour mieux veiller au grain en matière de cohérence sociale et linguistique, cela sans l’encadrement largement périmé de Patrimoine.

Réjean Beaulieu, Vancouver