Madame Meilleur, non merci!

Qui ne se souvient pas de la déclaration de l’ex-politicien Bernard Thériault en 2004 à Dieppe disant: «On rentre au Parti libéral avant tout comme Acadien, mais on devient rapidement plus libéral qu’Acadien».

Il me semble que c’est aussi le cas de Mme Meilleur dans l’épineux dossier du Commissaire (fédéral) aux langues officielles. Personne ne remet en cause les compétences de madame Meilleur, y compris moi. Ce poste de Commissaire est un des postes d’agent parmi les importants auprès du Parlement canadien. C’est un poste quasi militant, à la défense des intérêts des minorités linguistiques au Canada, dont la communauté acadienne.

Le Commissaire doit souvent mordre la main de qui le ou la nourrit, soit le gouvernement fédéral. J’appuie sans réserve la démarche de la SANB demandant un contrôle judiciaire sur le dossier.

Il me semble que le premier ministre Trudeau a de multiples autres postes prestigieux à offrir à madame Meilleur comme bonbons, qui heurteraient moins la sensibilité des communautés francophones et acadiennes du Canada. Pourquoi pas ambassadrice en Belgique ou dans un autre pays francophone?

Désolé madame Meilleur, mais pour moi, c’est non merci pour votre offre de services en tant que Commissaire aux langues officielles du Canada!

Jean-Marie Nadeau
Moncton

NDLR: Cette lettre a été soumise avant le désistement de Mme Meilleur.