Les contribuables méritent des réponses claires

Nous sommes chanceux d’avoir des fonctionnaires indépendants du gouvernement dont l’une de leurs fonctions est de protéger les contribuables de la province.

Sans doute, les lecteurs se rappellent du récent rapport de madame Kim MacPherson, vérificatrice générale du Nouveau-Brunswick, qui nous a révélé, en juin dernier, le merveilleux cadeau accordé à une firme d’experts-conseils qui a coûté près de 13 millions $ pour sauver la somme de 10 millions $.

Si je comprends bien la chose, ce contrat a été accordé sans appel d’offres sous le gouvernement de M. Alward en 2013 et a été maintenu sous le gouvernement actuel de M. Gallant.

En toute transparence, je crois que le gouvernement actuel a l’obligation morale d’expliquer en détail à la population où les compressions ont été réalisées dans le ministère du Développement social. A-t-on réduit le nombre d’employés? Si tel est le cas, par combien? Est-ce que ces personnes œuvrant au sein de ce ministère réussissent à se conformer les nombreuses exigences de leur emploi? Est-ce l’épuisement professionnel est plus ou moins commun depuis les changements opérés? Est-ce que les économies réalisées sont prévues pour chaque année à venir?

Dans tous les cas, les contribuables méritent des explications claires et transparentes de même que de la part des dirigeants de la firme d’experts-conseils Ernst & Young.

Ce genre d’opérations met en doute la compétence financière de nos dirigeants publics, comme le déclare Mme MacPherson lorsqu’elle écrit: «Le ministère du Développement social s’est tout simplement avéré incapable de gérer efficacement le contrat.»

Si l’espace le permettait, j’aimerais ajouter au scandale précédent deux autres erreurs politiques graves et coûteuses: l’affaire Volpé ayant coûté plus de 500 000$, de même que l’affaire Dre Cleary dont les coûts s’élèvent à 720 000$.

Alcide F.LeBlanc
Moncton