Un cri du coeur patriotique

Tant qu’il y aura du français en Amérique du Nord et au Canada, la langue française restera menacée, parce qu’elle est en situation hautement minoritaire. C’est notre langue qui est en situation minoritaire et non pas les parlants français comme nous les Acadiens et Acadiennes, surtout du Nouveau-Brunswick. Notre langue est minoritaire, mais nous, comme communauté et individus, sommes égalitaires. Et c’est même une loi qui le dit, le valide, le confirme. Malheureusement, cette égalité reste encore plus formelle dans les intentions que réelle dans les faits.

Je suis de plus en plus en plus agacé par nos artistes, que j’aime par-dessus tout en passant, qui déclarent ad nauseam et avec désinvolture que pour eux, la question de la langue comme telle n’est plus importante. Je ne les crois pas quand ils le disent. C’est comme si tenir de tels propos était un geste de bravade et d’inconscience qui ajouterait du tonus à leur statut d’artiste pour se différencier. Qu’ils le pensent soit, mais qu’ils arrêtent de clamer sur tous les toits cette incongruité qui les déshonore. Il vaudrait mieux qu’ils lisent les écrits de Monsieur Statistique Canada qui lui dit clairement que le français est nettement en recul, et oui, même en Acadie.

D’un autre côté, ces mêmes artistes – grâce à leur talent incommensurable et grâce au fait qu’ils sont des parlants français et acadiens – sont les premiers à jouer la carte linguistique française pour avoir droit à des subventions de tous les gouvernements, et à se pavaner au Québec, en France et dans le reste du monde francophone.

Qu’ils fassent des tounes et même des CD en anglais ne me dérange pas vraiment. Il faut parfois s’adresser à l’autre communauté «in a language that everybody can understand» comme disait Leonard Jones. Mais il ne faut pas pour autant minimiser son être et sa culture pour ce faire. Il n’y a rien de plus dérangeant quand des artistes acadiens présentent leurs chansons en anglais lors d’un spectacle et qu’on n’y entend aucun mot de français lors de cette prestation.

Nos artistes n’ont pas à continuellement porter le drapeau et à prononcer le mot Acadie aux deux phrases pour être considérés comme artistes acadiens. Mais ils doivent continuellement réaliser qu’en créant ce qu’ils veulent, ils sont en même temps des bâtisseurs de culture. On s’entend tous pour dire que nos artistes et la culture en général et en particulier sont nos meilleurs ambassadeurs pour présenter notre Acadie au monde. Ils sont les créateurs d’un peuple en mouvement.

Il est de plus en plus difficile de s’afficher pleinement comme Acadien: ça ferait vieux jeu de le crier trop fort. L’affirmation de soi n’est pas la négation de l’autre, des autres. Je suis probablement un des Acadiens à avoir le plus d’amis anglophones, autochtones et immigrants au Nouveau-Brunswick, et j’en suis fier. On peut me traiter de vieux con nationaliste et patriote, de vieillot nostalgique, de passéiste, j’en ai rien à foutre: je le crie fort, je signe et je l’assume! Je suis debout et fier d’être Acadien d’origine brayonne, sans dilution, depuis soixante-huit ans et je compte l’être encore pour la vingtaine d’années qu’il me reste possiblement. Vive une Acadie plus libre, plus autonome ou à tout le moins plus égale réellement!

Jean-Marie Nadeau
Moncton