À quoi servent les sanctuaires?

En Acadie, les sanctuaires sont peu nombreux. Donnons-leur un esprit nouveau. Dans le motu proprio du 1er avril dernier, le pape François écrit que les sanctuaires sont des lieux sacrés et des haltes de paix et de recueillement. Je peux ajouter qu’ils sont aussi des refuges pour se découvrir soi-même et retrouver la force nécessaire pour vivre calmement.

Dans la Péninsule acadienne, nous avons deux sanctuaires: celui de Dina Bélanger à Lamèque et Sainte-Anne-du-Bocage à Caraquet. Comme un vent nouveau, un esprit nouveau s’installe et de nombreuses personnes sont présentes chaque jour depuis l’arrivée du père Jean-Yves Molinas en 2016 à Caraquet.

Ouvrons grandes les portes de nos sanctuaires. Une porte ouverte est plus propice à la communication qu’une porte fermée. Plus encore, un esprit ouvert est plus disposé au succès qu’un esprit fermé.

Pendant la neuvaine, j’ai été ravi de voir autant de bénévoles semant le calme dans une disponibilité pacifique. Merci à vous tous qui avez fait de cette dernière neuvaine un succès inattendu.

Père Léon Robichaud
Shippagan