Les périls de la représentativité par quartiers

L’Union nous rend plus forts, la division nous rend plus faibles!

Ce vieux dicton représente bien le malaise qui existe dans la structure municipale de la communauté rurale de Beaubassin-est depuis ses tout débuts. Et malheureusement, la dernière partie de ce dicton est celle qui paraît mener aux périls tous beaux accomplissements qui pourraient voir le jour sur notre territoire.

Comment une structure construite sur le principe de division peut-elle rassembler une communauté vers une vision commune, une vision d’entraide et de compassion fraternelle?

La forme et la structure de gouverne existante avec les conseillers élus par quartiers, ou ancienne petite localité, ne se porte pas bien à la représentativité égale et équitable pour tous les citoyens de la municipalité, puisque malheureusement, cette forme de représentation induit la pensé que chacun des élus travail pour et ne sont redevable qu’aux citoyens dans les limites de leur quartier respectif, ce qui est à l’encontre de la loi sur les municipalités ainsi que le contenu de l’assermentation affirmé par chacun des élus à leur entrée en fonction.

Ce genre de structure municipale donne de fausses attentes aux résidents de quartier et donne de fausses impressions aux élus qui pensent devoir fonctionner comme des mini-maires pour leurs quartiers en ne défendant que les intérêts de leur localité aux dépens du bon fonctionnement de la grande collectivité. Nous en vivons, malheureusement, l’exemple depuis les débuts de notre jeune municipalité, mais ce, je tiens à le mentionner, sans porter blâme à quiconque des personnes qui ont siégé ou qui siège maintenant au conseil municipal.

En plus, si la structure existante est déficiente, cela ne suppose pas que ces derniers n’ont pas le cœur et l’intérêt bien placé de servir la population dans le meilleur de leur capacité. En d’autres mots, il ne faudrait pas blâmer les effets pour la cause, mais au lieu essayer de remédier cette cause.

Toutefois, il est de mise de comprendre que les élus municipaux ont la responsabilité première de représenter les intérêts de tous les citoyens avec égalité et avec équité et non représenter uniquement les régions pour lequel ils sont désignés. Ceci est parfois difficile dans le contexte d’élection par quartier, mais non impossible si les gens autour la table possède les ouvertures d’esprit requises pour penser collectivement au lieu de localement. Est-il temps de repenser la structure de gouverne pour notre belle communauté rurale qui est Beaubassin-est et d’abolir la représentation par quartier pour une nouvelle représentativité en général (at large)?

Beaubassin-est se doit et mérite la chance d’exister de façon productive et inclusive. Mais pour ce faire, il va falloir entreprendre une sérieuse introspection par toute la communauté sur son fonctionnement et sa structure de gouvernance. Il est important de se rappeler que chaque citoyen faisant partie des limites de Beaubassin-est paye les mêmes frais de base d’impôt foncier et ont droit, à parts égales et équitable, à une représentativité globale avec tous les services de base offerts par la municipalité, peu importe la population et l’assiette fiscale de leur localité, à l’intérieure de la collectivité.

De ce principe, il encombre que la totalité des membres du conseil puisse travailler en unisson pour le bien de toute la communauté et soient redevable à toute la communauté, ce qui peut se faire plus naturellement avec des représentants élus en général (at large), où le public choisit les meilleurs candidats, peu importe leur région, sachant bien que le mandat de ces élus est de représenter les intérêts de toute la collectivité à parts égales et juste. Ce concept progressiste pour Beaubassin-est éliminerait possiblement les batailles territoriales constantes qui nuisent au développement positif de notre belle communauté et amènerait un esprit d’entraide et de confrérie qui aboutirait à de beaux projets agrémentant davantage notre beau style de vie dans Beaubassin-est.

Finalement, cette nouvelle structure pourrait encourager une réduction de la composition du conseil à 5 ou 6 conseillers élus en général (at large) et 1 maire, puisque chacun des membres du conseil serait responsable et redevable à toute la communauté entière, ainsi éliminant la nécessité d’un si grand nombre de représentants pour combler tous les postes de quartiers rendus non existants par cette nouvelle structure suggérée.

Celle-ci est une opinion sincère et raisonnable que je présente, avec le plus grand respect pour des opinions divergentes, tout simplement pour entamer une discussion saine et productive sur une nouvelle forme de gouvernance pour ma communauté rurale, une structure qui encouragerait une collaboration saine et positive pour tous les citoyens ainsi que nos élus municipaux, et qui, je le souhaite, finirait tout ce vacarme interne et externe qui se passe dans notre municipalité.

La situation présente risque, si cela continue, de semer la division parmi les citoyens des localités faisant partie de notre grande collectivité ce qui serait dommage et à l’encontre de la mission première de toute entité municipale.

Le temps est opportun pour du leadership communautaire courageux et dédié pour entamer un processus de renouvellement positif et inclusif dans la structure municipale qui est mon Beaubassin-est. Sommes-nous prêts?

Gilles Cormier
Saint-André-LeBlanc (Beaubassin-est)