Le doute persiste

Je ne saisis pas encore ce qui est arrivé à la gare de Bathurst le 12 janvier 2015. François Gravel a rédigé un excellent texte sur cet événement et la suite dans l’Acadie Nouvelle du 26 octobre. Mais je suis loin de comprendre les actions des deux policiers, comme bien des gens.

Nous savons que Michel Vienneau fut abattu ce jour-là par un policier de la ville de Bathurst à son arrivée en train de Montréal.

M. Vienneau aurait pris la frousse, semble-t-il, en voyant les deux  policiers habillés en civil. Il aurait alors tenté de coincer l’un policier dans le banc de neige et celui-ci a fait feu pour l’abattre mortellement.

Toutefois, j’ai encore des doutes sur le déroulement des événements, surtout en ce qui a trait au policier qui a abattu Michel Vienneau. Pourquoi ce geste?

L’éditorialiste le dit bien dans son texte. La police de Bathurst doit rendre des comptes et justifier ses actions.

À moins d’avoir tous les faits, le doute persiste et continuera d’exister pendant longtemps, très longtemps.

Marcel Arseneau
Atholville