L’indifférence est un vice à combattre

L’un des pires défauts qu’une société puisse manifester, c’est son l’indifférence sociale pouvant se montrer sous différentes formes, mais surtout envers le processus électoral et la fragile démocratie.

Faisons un peu d’histoire pour illustrer ces propos. En 1932, en Allemagne, Hitler n’avait pas remporté les élections nationales. Ce fut Hindenburg. Au premier tour, Hitler n’avait reçu que 30% des votes alors qu’Hindenburg avait obtenu un peu plus de 49%. On a donc eu à faire un second tour. Cette fois, Hindenburg a obtenu la majorité, soit plus de 53%. Hitler a dû se contenter de 37%. Malgré ce fait, en 1933, le chancelier Hindenburg fait un cadeau à Hitler qui devient le chef. On connaît la suite de la tragédie allemande, celle des Juifs et de la planète.

Un autre fait plus près de nous. Le 8 novembre 2016, moins de 50% des électeurs américains éligibles à exercer leur droit de vote se sont rendus aux urnes. Même si Mme Clinton a récolté plus de 3 millions de votes que son adversaire, c’est M.Trump qui est devenu président. Depuis lors, c’est toute l’Amérique et la planète dans son ensemble qui vivent une éprouvante anxiété.

Ces deux réalités sociales et historiques me poussent à énoncer deux idées dans l’intérêt de la démocratie. De plus en plus, j’ai tendance à croire que voter n’est pas seulement un droit, mais aussi un devoir sacré, un devoir social, une obligation. D’ailleurs, plusieurs pays ont déjà adopté cette mesure. Par exemple, si une personne ne vote pas, on peut lui faire subir diverses conséquences comme ne pas lui accorder un permis de conduire ou le lui retirer si elle l’a déjà.

La seconde idée serait d’abolir l’élection par acclamation. Si, dans une municipalité, par exemple, une seule candidature s’offre dans un quartier ou encore si une seule personne se présente à la mairie, il me semble que les électeurs et les électrices de cette municipalité devraient obligatoirement voter afin de savoir si ces candidats ont la faveur majoritaire. Dans le cas contraire, on reprend le processus électoral.

L’indifférence peut causer de terribles conséquences et peut affaiblir ou même détruire la démocratie. Voilà ma réflexion!

Alcide F. LeBlanc
Moncton